Emma Raducanu surnommée "Miss Moneypenny" pour ses gains en 2022.

La Britannique est la troisième athlète féminine la mieux rémunérée en 2022.

by Sarah Ait Salah
SHARE
Emma Raducanu surnommée "Miss Moneypenny" pour ses gains en 2022.

Le tabloïd britannique The Sun a surnommé Emma Raducanu Miss Moneypenny après que la Britannique soit devenue la troisième athlète féminine la mieux rémunérée en 2022.

Selon les données présentées par The Sun, Raducanu a gagné un total de 22,8 millions de livres (2,8 millions provenant des prix et 20 millions des sponsors). Les deux premières places du classement sont occupées par Naomi Osaka (46 millions de livres) et Serena Williams (30,6 millions de livres).

Le surnom de Miss Moneypenny est inspiré de la série de films James Bond. En effet, Emma Raducanu a assisté à la première mondiale du film "No Time To Die" de Daniel Craig à Londres en septembre 2021.

Raducanu a été comparée à Osaka et Hamilton

Emma Raducanu, l'une des deux révélations de l'US Open 2021, a pris d'assaut l'industrie du marketing, les grandes entreprises devenant folles pour négocier et planifier de futures publicités mettant en scène la prodige du tennis.

Les experts en marketing affirment qu'ils n'ont jamais vu une telle attention de la part des marques depuis Lewis Hamilton et Naomi Osaka. Tim Crow, un expert en marketing sportif ayant une grande expérience des parrainages, a été parmi les premiers à constater l'impact considérable de Raducanu sur le marché.

"Je n'ai pas reçu autant d'appels de clients, de grandes marques, qui s'intéressent à elle depuis que Lewis Hamilton a percé en Formule 1. Si elle gagne, elle deviendra l'une des valeurs les plus prisées du sport britannique, si ce n'est la plus prisée", a déclaré Tim Crow pour The Guardian.

En plus de comparer Raducanu à Lewis Hamilton en Formule 1, Crow a également trouvé des similitudes entre la jeune joueuse britannique et Naomi Osaka. "En ce qui concerne l'attrait pour les marques, je pense que l'on peut établir des parallèles avec Naomi Osaka [née au Japon d'un père haïtien et d'une mère japonaise et élevée aux États-Unis]", a déclaré Tim Crow, cité par The Guardian.

"Grâce à l'aspect multiculturel de son héritage, elle est capable de faire écho à tant de marchés. C'est une citoyenne du monde : elle attire bien plus que la joueuse de tennis blanche, britannique et de la classe moyenne typique", a ajouté M. Crow. Le père d'Emma Raducanu étant roumain et sa mère chinoise, elle est d'origine multiculturelle.

Emma Raducanu
SHARE