Daria Saville parle de la "situation chaotique" des Grands Chelems.

Daria Saville affirme que les tournois du Grand Chelem sont extrêmement chaotiques.

by Sarah Ait Salah
SHARE
Daria Saville parle de la "situation chaotique" des Grands Chelems.

Daria Saville affirme que les tournois du Grand Chelem sont extrêmement chaotiques et suggère que le fait de mesurer son succès en fonction des résultats du Grand Chelem crée un environnement toxique pour les joueurs.

Saville, 28 ans, admet que les joueurs ressentent une pression supplémentaire pour réussir aux Grands Chelems car ils font l'objet d'une grande attention, non seulement au sein de la communauté du tennis, mais aussi de la part de leur famille et de leur équipe.

Penser qu'il faut simplement bien faire dans un Grand Chelem, sinon on va décevoir, n'aide pas du tout les joueurs, dit Saville. Lundi, Saville a quitté l'US Open après avoir perdu contre Elena Gabriela Ruse au premier tour.

Saville a joué son match sur un court extérieur, ce qui est extrêmement difficile pour elle car elle a été diagnostiquée avec un TDAH et les courts extérieurs sont très bruyants et il se passe toujours quelque chose dans les environs.


Saville sur les tournois du Grand Chelem

"Mes pensées après avoir joué les 4 Chelems cette année", a écrit Saville dans un long post Instagram. "Pourquoi les Grands Chelems donnent-ils l'impression d'être si différents de tous les autres tournois ? Les tournois du Grand Chelem sont chaotiques.

C'est occupé, c'est tellement flippant et chaotique dans les zones des joueurs, et 90% de ces personnes ne se rendent jamais à un autre tournoi mais parce que c'est un Chelem, ils sont venus 'soutenir' leurs joueurs.

Amis, famille, agents. Je ne sais pas pour les autres joueurs, mais j'ai l'impression que je leur dois une victoire. Je veux juste faire mon travail, je ne viens pas à votre travail pour vous dire comment le faire ou vous "soutenir".

J'aime être concentrée sur la progression, mais tout cela passe à la trappe pendant un Chelem." "Parce que tous les autres tournois sont là pour vous "préparez" pour le Chelem. Ma pensée devient tellement toxique et tout ce que je veux c'est gagner et j'ai l'impression que tout le monde autour de moi veut que je gagne.

Ce n'est pas vrai, mais j'ai l'impression que tout le monde se fiche que je m'améliore. Le but est juste gagner. C'est un bon signe d'avoir jouer la finale d'un tournoi la semaine précédente, mais cela signifie que je n'ai eu aucun entraînement sur place.

J'ai joué la finale, j'ai voyagé le jour suivant, j'ai joué dans des conditions et sur un terrain complètement différents le jour suivant." "Il y a des règles concernant les échauffements avant les matchs et donc seuls les têtes de série et (peut-être) les anciens champions peuvent jouer sur place pour leurs échauffements, les gens comme moi doivent s'échauffer dans le parc...

donc oui, la préparation n'était pas bonne. Les courts extérieurs sont vraiment difficiles à jouer. C'est très distrayant, surtout pour moi qui souffre de TDAH. Il se passe des choses partout, les gens entrent et sortent, les appels des autres courts etc...

c'est tellement fort parce que l'on est exposé à tout. Sans compter que les courts extérieurs sont généralement plus rapides que les stades. Et on ne peut s'y entraîner que 4 fois par an.

Comme je l'ai dit, les tournois du Grand Chelem ne ressemblent à aucun autre tournoi. J'espère vraiment qu'un jour, ces tournois ne seront plus une torture pour moi et que j'en profiterai davantage. J'y travaille."

Daria Saville
SHARE