La WTA agit dans l'affaire Peng et suspend tous les tournois en Chine.



by   |  LECTURES 723

La WTA agit dans l'affaire Peng et suspend tous les tournois en Chine.

Le PDG de la WTA, Steve Simon, n'est pas du tout satisfait de la façon dont la Chine a géré l'affaire Peng Shuai et il a pris une mesure radicale, en suspendant tous les tournois prévus en Chine en 2022, y compris à Hong Kong.

Peng a disparu en Chine au début du mois dernier après avoir accusé un ancien vice-premier ministre chinois d'agression sexuelle. La WTA a demandé une enquête transparente sur les allégations de Peng et a souhaité communiquer directement avec elle, mais cela n'a pas eu lieu.

"Malheureusement, les dirigeants chinois n'ont pas abordé ce problème très sérieux de manière crédible. Si nous savons maintenant où se trouve Peng, je doute sérieusement qu'elle soit libre, en sécurité et qu'elle ne soit pas soumise à la censure, à la coercition et à l'intimidation.

La WTA a été claire sur ce qui est nécessaire, et nous réitérons notre appel à une enquête complète et transparente - sans censure - sur l'accusation d'agression sexuelle de Peng Shuai", a annoncé le PDG de la WTA, Simon, dans un communiqué publié mercredi.


"Rien de tout cela n'est acceptable et ne peut le devenir. Si des personnes puissantes peuvent supprimer les voix des femmes et balayer les allégations d'agression sexuelle sous le tapis, alors la base sur laquelle la WTA a été fondée - l'égalité des femmes - subirait un immense revers.

Je ne laisserai pas et ne peux pas laisser cela arriver à la WTA et à ses joueuses"

La WTA prend une position radicale dans l'affaire Peng

"En conséquence, et avec le soutien total du conseil d'administration de la WTA, j'annonce la suspension immédiate de tous les tournois de la WTA en Chine, y compris à Hong Kong.

En toute conscience, je ne vois pas comment je peux demander à nos athlètes de concourir là-bas alors que Peng Shuai n'est pas autorisée à communiquer librement et qu'elle a apparemment subi des pressions pour contredire son allégation d'agression sexuelle.

Compte tenu de l'état actuel des choses, je suis également très préoccupé par les risques auxquels tous nos joueurs et notre personnel pourraient être confrontés si nous devions organiser des événements en Chine en 2022", a ajouté Simon, PDG de la WTA.

"Je regrette beaucoup que l'on en soit arrivé là. Les communautés du tennis en Chine et à Hong Kong sont pleines de gens formidables avec lesquels nous avons travaillé pendant de nombreuses années.

Ils peuvent être fiers de leurs réalisations, de leur hospitalité et de leur succès. Cependant, à moins que la Chine ne prenne les mesures que nous avons demandées, nous ne pouvons pas mettre nos joueurs et notre personnel en danger en organisant des événements en Chine.

Les dirigeants chinois n'ont pas laissé le choix à la WTA. Je garde l'espoir que nos appels seront entendus et que les autorités chinoises prendront des mesures pour régler légitimement ce problème"