Devrait-on apprendre le jeu de pieds aux débutants?



by   |  LECTURES 1265

Devrait-on apprendre le jeu de pieds aux débutants?

C’est une très bonne question, à laquelle on ne peut répondre qu’en se basant sur son point de vue de joueur et entraîneur ayant conduit une recherche sur le terrain pendant plus de 15 ans, ainsi que sur les études menées sur d’autres sports de balle.

Tout peut se résumer à ceci : on ne peut pas faire du tennis si l’on n’est pas capable de frapper la balle. En étant plus que débutants, il y aurait bien des choses à dire ; par contre, pour les débutants, le tennis est avant tout une question de frappe.

J’apprécie le point de vue de ceux qui disent que l’on ne peut pas frapper la balle en n’étant pas capable de l’attraper. C’est bien vrai, mais un débutant a besoin de se focaliser sur ce qui lui permet d’atteindre le meilleur résultat dans le court terme, autrement il pourrait bientôt délaisser.

La vitesse du joueur n’est pas vraiment ce qui compte le plus, ni sa force ou son aspect. Si l’on ne frappe pas bien la balle, c’est fini. On n’aime plus le jeu et finit par jeter l’éponge. Ce n’est qu’un autre qui arrête le sport, c’est regrettable.

Comme on ne veut pas que ceci se produit, je pousse mes élèves à apprendre avant tout la bonne méthode pour frapper la balle.

Lorsqu’un élève s’initie au tennis, je le pousse à se focaliser sur la balle. Que l’on enseigne à des adultes ou à des enfants, j’applique les mêmes principes. Parfois les adultes ont besoin de plus de temps pour l’apprentissage, surtout s’ils ont intériorisé de mauvaises habitudes ou bien s’ils croient ne pas être bien taillés pour le tennis ou le sport en général. Par conséquent, j’essaie de les aider à se concentrer sur l’élément le plus important de ce sport : la balle.

Si l’on veut comprendre cela d’un point de vue scientifique, il faut essayer ce test : focalisez-vous sur vos pieds et en même temps sur la balle et regardez ce qui se passe après. Autrement dit, on utilise son intelligence sur ce que l’on cible. Lorsque les enfants pensent aux pieds, ils oublient la balle et la ratent.

Un autre aspect qu’ils apprennent à maîtriser en se concentrant sur la balle, c’est la compréhension de l’espace entre son corps et la balle. Au début, on assiste à tout type de situation : l’élève trop en avance par rapport à la balle, celui qui est trop loin et finit par s’y précipiter en perdant l’équilibre, ou encore celui qui ne bouge pas du tout. Évidemment, cet aspect les aidera à mieux bouger leurs pieds, car ils veulent tout de même la frapper, cette balle!

Cela n’aide personne de regarder quelqu’un rater trop souvent la balle. Un coach se sentirait comme s’il avait laissé ses élèves se décourager. Tout le monde peut avoir un bon impact de balle : l’adage “ Je n’y arrive pas ”, cela n’existe pas.

C’est pourquoi j'arrête tout simplement le suivi du cours et me fixe sur le moment où l’élève frappe la balle, quitte à lancer et frapper la balle pendant toute la séance. Croyez-moi, c’est exactement ce que j’ai fait avec certains élèves qui sont maintenant capable de faire du très bon tennis. Cela peut comporter aussi le fait de mimer le geste à mains nues.

Pourtant, je ne me focalise jamais sur les pieds. Je dis à mes élèves de suivre la balle. Parfois je fais des exercices selon lesquels ils doivent attraper la balle avec les mains, ensuite je leur demande de tenir la raquette en plein milieu, histoire d’éviter une extension main-raquette trop élevée. Je continue jusqu’au moment où ils frappent. Au bout d’une petite période, l’élève frappera la balle et achèvera le coup.

A aucun moment je ne parle des pieds comme s’il s’agissait d’une zone séparée. Je dis seulement de marcher ou courir, ce que tout le monde fait naturellement et sans qu’il faille forcément cogiter. Ainsi, on est toujours focalisé sur la balle. J’atteins de très bons résultats en appliquant ce principe.

A ce stade, l’élève (qu’il soit adulte ou enfant) est très enthousiaste et heureux de jouer au tennis. Il veut continuer et revient la fois d’après pour apprendre de nouvelles choses. Les élèves comprennent etapprennent véritablement car je leur explique toutes les étapes du jeu et comme cela il n’y a aucune déception.

Ils sont heureux, moi je suis heureux et le tennis acquiert un nouvel adepte. C’est un succès.

En tant qu'entraineur, enseignant ou mentor, la priorité est d’aller au-delà de son propre désordre en cherchant une méthodologie simple. On peut donc transmettre cette simplicité aux élèves pour qu’ils l’appliquent à leur tour sur eux-mêmes.