Serena Williams: "Heureuse de dire que je ne suis pas satisfaite des demi-finales"



by   |  LECTURES 1262

Serena Williams: "Heureuse de dire que je ne suis pas satisfaite des demi-finales"

En compétition à Roland Garros pour la 18e fois, la 23 fois championne de Majeur, Serena Williams, ouvre sa campagne contre sa compatriote américaine Kristie Ahn. Serena, qui a eu 39 ans ce samedi, cherche l'insaisissable 24e couronne majeure qui la mettrait au même niveau que Margaret Court.

Elle se battra donc pour un quatrième trophée à Paris et le premier depuis 2015. Quelques semaines à peine après avoir perdu la demi-finale de l'US Open face à Victoria Azarenka, Serena s'est rendue en France et a travaillé à la Mouratoglou Tennis Academy, se préparant à ses premières tâches sur terre battue en 2020.

Après son premier entraînement à Roland Garros, Serena a déclaré qu'elle n'aimait pas le froid, étant donné qu’elle vient de Californie et qu’elle vit en Floride, mais en étant toujours prête à se donner à 100%.

De plus, l'Américaine se sent privilégiée de ne pas être satisfaite des demi-finales, de courir après de gros titres et de toujours penser à se battre pour les trophées.

À la recherche du septième titre de l'US Open, Serena avait donné le meilleur d'elle-même en demi-finale contre sa grande amie Victoria Azarenka, prenant un départ parfait mais subissant ensuite une défaite de 1-6, 6-3 6-3, en une heure et 55 minutes.

Ce n'était que la sixième défaite en demi-finale majeure pour Serena sur 39 matchs de demi-finale auxquels elle a participé depuis la première en 1999. Elle se sent à présent optimiste quant à son jeu et a décidé de voyager en Europe et de tenter sa chance sur la terre battue parisienne.

Williams a remporté sa dernière couronne majeure à ce jour à l'Open d'Australie 2017, avant de perdre quatre finales, à Wimbledon et à l'US Open, en 2018 et 2019, même si elle donne toujours son meilleur aux tournois les plus notables malgré son âge.

Serena Williams est à la recherche du 24e titre majeur à Paris.

"C'est bizarre; ça a toujours été mon chez-moi loin de chez moi. J'ai toujours aimé être ici (à Paris) .

Ça a été différent pour moi le fait de rester dans un hôtel et je me suis dis : 'Oh, c'est ce que nous faisons normalement.' Je suppose que c'est un must. Je déteste le froid.

Je viens de Los Angeles et j'habite en Floride. Pendant la moitié de ma vie, je n'ai jamais vu de neige, de froid... C'est mon talon d'Achille, mais je m'en occupe. J'ai une attitude positive à ce sujet.

Je pense qu'une demi-finale est toujours géniale. Est-ce que c'est génial pour moi? Absolument pas. C'est ce que je ressens toujours et je suis heureuse de pouvoir ressentir ça. Je suis dans une position dans ma carrière où je ne peux pas être satisfaite.

Je ne veux pas m'asseoir ici et dire : ’Oh, j’en suis heureuse’ parce que je ne le suis pas", a déclaré Serena Williams. L'Américaine a dû creuser profondément à New York il y a quelques semaines, dans une compétition sans la foule derrière elle et en jouant au plus haut niveau contre chaque rivale pour aller en demi-finale.

Dès le troisième tour, l'une des plus grandes joueuses de tous les temps a dû endurer des batailles difficiles contre Sloane Stephens, Maria Sakkari et Tsvetlana Pironkova, s'imposant en trois sets dans chaque rencontre pour rester sur le parcours du titre.

Malgré un départ catégorique contre Vika, Serena n'a pas pu rester au même niveau pendant tout le choc. Elle a alors perdu du terrain dans les sets deux et trois, pour terminer une autre manche majeure sans avoir le trophée entre ses mains et tout en espérant améliorer cela à Paris.