"C'était super d'être avec Roger Federer", déclare l'ancien No. 1



by   |  LECTURES 1658

"C'était super d'être avec Roger Federer", déclare l'ancien No. 1

Gagner est une question de moments, de petits détails. La domination de l'actuel Big 3, avec Novak Djokovic, Roger Federer et Rafael Nadal, ces géants qui réécrivent les records de tennis, repose également sur des bases subtiles.

Il suffit de regarder les recherches de Craig O'Shannessy, entraîneur et pionnier de l'analyse de match, qui a travaillé avec le numéro 1 mondial Novak Djokovic et qui est consultant pour la Fédération italienne de tennis.

Sur le site de l'ATP, il a analysé les points gagnés par les joueurs du grand circuit depuis 1991, et c’est aussi la première année où ce type de données a été enregistré.

Même en ne considérant que la saison 2020, on le voit, les petites différences génèrent de gros effets. Les 50 premiers du classement ATP, pour tous les cent points ont remporté une moyenne de 51 points et en ont perdu 49.

Dans un scénario similaire, la supériorité de Nadal et Djokovic se profile nettement. Les deux meilleurs joueurs mondiaux font également partie du top 50 e ceux qui ont le pourcentage le plus élevé de points gagnés dans les tableaux principaux de l'ATP : l'Espagnol atteint 56%, le Serbe 55%.

Il y en a six à l'autre extrême, parmi les 50 premiers qui perdent plus d'un point sinon deux : Fabio Fognini (numéro 17, 49%), Benoit Paire (28, 49%), Nikoloz Basilashvili (40, 49%)), Kei Nishikori (# 41, 48%), Tennys Sandgren (# 49, 49%) et Alexander Bublik (# 50, 48%).

Même dans le cadre d'une saison particulière, où le classement de fin d'année n'est pas déterminé uniquement par des résultats sur douze mois, on constate en quoi la part des points obtenus sur le total de ceux joués est un indicateur fiable de la position dans le classement.

S'exprimant sur le vodcast « Tennis Legends » d'Eurosport, animé par Mats Wilander, les rivaux Stefan Edberg et Boris Becker se sont réunis pour partager leurs expériences de coaching.

Edberg s’est également souvenu du bonheur de ses jours qu’il a passés comme entraîneur de Roger Federer, pendant une période qui était particulièrement difficile pour le Suisse.

Edberg au sujet de Roger Federer

«Il m'a fallu un certain temps pour décider. Nous avons en fait passé une semaine à Dubaï juste pour faire connaissance avant d’aller sur le tour.

Mais, pour résumer les choses : c'était super d'être avec Roger Federer, c'est un tel ambassadeur du tennis - et évidemment, oui, nous avons parlé de tennis, de la stratégie », a rappelé Stefan Edberg.

Bien que la collaboration de 2013-2015 avec Edberg n'ait pas aboutie à une victoire en Chelem pour Roger Federer, Edberg pense qu'il a pu aider à modifier le jeu du grand suisse. «Il voulait changer de jeu et c'est peut-être l’une des raisons pour lesquelles il m'a invité à trouver quelques idées.

Je pense que la grande chose, avec le recul, a été qu'il a changé sa raquette pour une raquette plus moderne - c'était vraiment la clé. Il a un peu changé son jeu. Son mouvement est devenu un peu plus agressif, et c’est ce qu'il devait faire, je pense », a ajouté Stefan Edberg.

Le joueur de 38 ans a toujours été déchiré entre Becker et Edberg, dont la rivalité intense était unique en son genre. «Becker a d'abord été mon idole jusqu'à ce que certains de mes amis disent : ‘Pourquoi Becker? Edberg est plus cool’ », a rappelé Federer dans une interview avec ATP. "C’est vrai ? D'accord, je serai pour Edberg », avait alors décidé Federer.