"Ce qui m'a vraiment impressionné, c'est la façon dont Roger Federer s'est comporté"



by   |  LECTURES 1232

"Ce qui m'a vraiment impressionné, c'est la façon dont Roger Federer s'est comporté"

Tout le monde sait désormais que Roger Federer, vingt fois vainqueur du titre du Grand Chelem, ne sera pas parmi les protagnistes à Open d'Australie 2021, à Melbourne. Roger est maintenant hors courrse depuis plusieurs mois en raison d'une double opération au genou mais, apparemment, ce ne serait pas la seule raison qui expliquerait l’absence du Suisse à l'Open d'Australie 2021.

Selon les propos de l'ancien joueur de tennis brésilien André Sa, actuellement chargé des relations officielles entre la direction de l'Open d'Australie et les joueurs de tennis, le joueur de tennis suisse a renoncé à participer en raison de la quarantaine que le gouvernement australien a sévèrement imposée à toute personne arrivant de l'étranger.

La soumission à cette directive aurait contraint la femme de Roger, Mirka, et ses quatre enfants, à ne pas pouvoir quitter leur chambre d'hôtel, une situation loin d'être simple pour le champion suisse, qui a donc préféré ne pas participer.

S'exprimant sur le podcast eTennis with an Accent », le biographe et journaliste sportif de Roger Federer, Simon Graf, a partagé une anecdote datant de 2013 sur le comportement de Roger Federer hors du court.

Federer souffrait d'une grave blessure au dos tout au long de la saison, mais son point le plus bas a été atteint quand il a perdu très tôt contre l'Allemand Daniel Brands, à l'Open de Gstaad.

Graf partage une anecdote sur le comportement de Roger Federer

"C'est à Gstaad que Roger Federer a perdu ce match contre Brands, en Suisse", a déclaré Simon Graf. «C'était un gros truc...

Il était de retour en Suisse, il savait qu'il ne serait pas à 100%. Je l'ai vu s'échauffer sur les courts du Palace Hotel. C'était un spectacle terrible, il pouvait à peine bouger, il a perdu en deux sets contre un joueur pas génial.

Ce qui m'a vraiment impressionné, c'est la façon dont il s'est comporté dans la salle de presse. Comme s'il ne voulait vraiment pas parler, mais les gens étaient vraiment excités de le voir sur cette scène », a ajouté Graf.

« Il a donc eu beaucoup de questions dans différentes langues sur son dos. Il n’allait pas bien, il ne savait pas si ça irait mieux. Ce fut une année difficile pour lui. Mais il est resté là pendant près d'une demi-heure et a répondu à toutes les questions.

Ensuite, il y a eu une rencontre qu’il a également faite. À sa place, je serais parti immédiatement. Je pense qu'il a réalisé que les gens étaient tellement excités de le voir en Suisse, alors il a dû répondre à leurs attentes, même s'il ne pouvait pas bien jouer. "