''Je me sens comme Roger Federer '', dit Grégoire Barrere



by VERONIQUE MARTIN

''Je me sens comme Roger Federer '', dit Grégoire Barrere

L'énorme effort consenti par l'USTA était essentiel pour permettre à l'US Open, qui pour l'instant se déroule avec quelques accrocs dans la bulle spécialement emballée du Flushing Meadows.

Au-delà de la polémique - générée avant tout par l'exclusion de Pella et Dellien des Masters 1000 de Cincinnati et la gestion de la positivité de Benoit Paire - les organisateurs du tournoi ont tout mis en œuvre pour que les joueurs se sentent à l'aise.

L’absence de Roger Federer et du tenant du titre Rafael Nadal n'ont pas aidé, tout comme les nombreux forfaits chez les femmes (notamment les renonciations de Barty, Halep et Andreescu). Pendant ce temps, Grégoire Barrere a apaisé la tension avec un drôle de parallèle entre lui et Roger Federer.

Le manque de public permet en effet aux joueurs de tennis de bénéficier de plus d'espace et d'une attention particulière.

Grégoire Barrere sur l'US Open

"J’étais un inconnu en Grand Chelem et j’ai maintenant l'impression d'être Roger Federer!

J'ai ma voiture particulière, j'ai des gardes du corps pour aller m'entraîner, il y avait le garde du corps non loin de mon entraîneur pendant mon match, ils nous mettent dans une pièce séparée, presque comme les suites que possèdent les meilleurs.

A part le fait que je ne peux pas sortir, j'ai l'impression d'être dans la peau d'un joueur du top 5, " a déclaré Grégoire Barrere. Le Français fait partie des joueurs qui ont eu des contacts avec Benoit Paire." On a tous eu un SMS de l'ATP samedi soir disant: "Nous devons vous contacter, c'est urgent." Là, nous nous doutions que nous allions avoir de mauvaises nouvelles.

Un peu la boule au ventre lors de la réception de l'appel. Bien sûr, cela n'a pas été facile avant dimanche midi, quand nous savions que nous allions pouvoir jouer. C'était la première question, on avait vraiment peur de ne pas pouvoir jouer.

Dès que nous l'avons découvert, nous nous sommes tous un peu détendus. Nous nous soutenons mutuellement dans cette période difficile. C'était bien de pouvoir partager ça entre nous, le groupe des confinés dans la bulle.

Nous avons pu sortir dimanche soir à 20h pour nous entraîner. Nous nous sommes tous rencontrés au stade, nous nous sommes regardés, nous avons ri un peu jaune, mais nous étions très heureux de pouvoir frapper la balle.

Nous avons tapé 40 minutes dans l'axe. Nous n'avions pas dormi la veille donc nous étions morts mais ça faisait du bien de prendre l'air. Maintenant je prends le risque. Je suis déjà très heureux de pouvoir jouer le tournoi, " a conclu Grégoire Barrere.

Gregoire Barrere Roger Federer Us Open