Roger Federer aurait détruit les ambitions d'Andy Roddick



by   |  LECTURES 10037

Roger Federer aurait détruit les ambitions d'Andy Roddick

Andy Roddick a été numéro 1 au classement ATP du 3 novembre 2003 au 1er février 2004, pour un total de 13 semaines. Au cours de sa longue carrière, le joueur Américain a remporté 32 titres, dont un tournoi du Grand Chelem, l'US Open de 2003 et 5 tournois Masters Series / Masters 1000.

Il ne fait aucun doute que Roger Federer l'a empêché de remporter de nombreux autres titres. Federer et Andy Roddick ont joué à 24 reprises et Federer mène leur tête-à-tête 21-3.

Roddick a perdu son classement de n ° 1 face à Federer après que Federer ait remporté son premier Open d'Australie en 2004. Leur rivalité comprend quatre finales des épreuves du Grand Chelem, trois à Wimbledon et une à l'US Open, toutes remportées par Federer.

Roddick lui-même a déclaré que ce n'était pas vraiment une rivalité, étant si unilatéral. Lors de la finale de Wimbledon en 2009, Roddick a perdu contre Federer en cinq sets.

Le match comprenait un cinquième set de 30 jeux (un record final du Grand Chelem) et a duré plus de quatre heures. Dans le dernier match du set décisif, le service de Roddick a été interrompu pour la première fois du match.

Avec cette victoire, Federer a battu le record de Pete Sampras de 14 titres en simple du Grand Chelem, et Roddick s'est excusé auprès de Sampras (qui était présent) pour ne pas avoir pu arrêter Federer.

Dans la deuxième partie de l'épisode intitulée "Et si les Trois Grands n'avait pas existé" sur TennisBreakNews, Florent Serra estime que Andy Roddick a beaucoup souffert suite à l'avènement de Roger Federer en Grand Chelem.

"Andy Roddick a été non seulement victime de l'émergence de Roger Federer mais aussi du ralentissement général des surfaces", a expliqué Florent Serra.

"C’était un joueur puissant et complet (un peu plus faible du revers de toute façon) qui, avec sa qualité de service, aurait dû gagner à plusieurs reprises Wimbledon et l'US Open si les surfaces n'avaient pas ralenti.

Il est certain que son bilan contre Federer montre à quel point le Suisse a détruit toutes les possibilités pour lui de faire une énorme carrière et de rattraper Pete Sampras ", a ajouté Serra.

"Quand on regarde son bilan contre Djokovic par exemple (5 victoires contre 4 pour Roddick), on se rend compte qu'il avait vraiment le niveau pour rivaliser avec les Trois Grands même si entre 2007 et 2012, le Serbe n'était pas encore à son meilleur niveau.

Sans les Trois Grands, nous aurions certainement eu un circuit plus imprévisible, avec plus de suspense sur les tournois mais cela ne veut pas dire que le circuit aurait été plus intéressant. Les amateurs de tennis aiment les rivalités.

Donc sans les Trois Grands, nous aurions eu du suspense mais aurions-nous eu des rivalités aussi remarquables? J’en doute. Le circuit aurait certainement été plus imprévisible mais n'aurait pas été plus attractif sans les Trois Grands, à mon avis.

Je ne pense pas que les vrais passionnés se lassent de cette domination des Trois Grands Peut-être qu'un nouveau public serait arrivé si plusieurs joueurs de différents pays avaient gagné des tournois du Grand Chelem "- a-t-il conclu.