Roger Federer : "Je n'ai pas de garde du corps dans ma vie personnelle"


by   |  LECTURES 9728
Roger Federer : "Je n'ai pas de garde du corps dans ma vie personnelle"

On a demandé à Roger Federer si sa première priorité l’année prochaine sera de remporter la médaille d’or olympique à Tokyo. Le natif de Bâle, qui a annoncé qu’il participera aux J.O.

il ya quelques semaines, a déclaré : "Cela en fera partie. Je ne sais pas si je pourrai prendre une médaille d’or olympique après [ce qui s’est passé] à Wimbledon [aux J.O.

de Londres 2101], simplement parce que Wimbledon était le meilleur moment pour moi. Mais je suis tellement excité d'être de retour dans une compétition de jeux olympiques. J'ai raté Rio à cause de mon genou.

J'ai vécu beaucoup de choses formidables au cours de ma carrière aux Jeux Olympiques, comme le fait de porter deux fois le drapeau [Suisse], d’avoir remporté le double et l’or avec Stan Wawrinka à Pékin, d’avoir remporté la médaille d’argent à Londres et le fait d’avoir rencontré ma femme à Sydney.

Mais ce sera la première ou la seconde priorité". On lui a demandé s’il souhaitait parfois ne pas être célèbre afin d’avoir une vie normale. Federer a répondu : "Je vois ce que vous dites, mais ma vie, que je passe en Suisse, n’est pas si pénible.

Je vis dans les montagnes et il n'y a pas beaucoup de monde là-bas. Il y a beaucoup d’arbres et de lacs. Les gens respectent votre vie privée. Bien sûr, si vous allez dans une grande ville, ce n’est peut-être pas la solution la plus intelligente, car si quelqu’un vous reconnaît, cela ne fait que grossir.

Mais vous parvenez à mener une vie normale, je n’ai pas de garde du corps en Suisse ni dans ma vie. Je conduis seul, j’ai vraiment le sentiment d’avoir beaucoup de liberté. Bien sûr, lorsque les enfants sont autour de vous, vous pensez à ce qui les attend, mais j'essaie de faire les choses le plus simplement possible.

Je ne me plains pas de ma renommée. En réalité, je suis très heureux de tout ce que j'ai accompli et je sens que je peux mener une vie normale. J'ai toujours un groupe d'amis et de famille autour de moi.

Je ne me sens pas comme quelqu’un de super célèbre. Je ne me dis pas que je mérite pas un traitement spécial."