Roddick : " Djokovic, Nadal et Federer ne font jamais de pause. "


by   |  LECTURES 8817
Roddick : " Djokovic, Nadal et Federer ne font jamais de pause. "

Être un joueur de tennis professionnel peut être un métier de rêve, mais cela demande beaucoup d’efforts dès le plus jeune âge. L’ancien numéro 1 mondial Andy Roddick le sait très bien puisqu'il a été au sommet pendant plusieurs années et a participé à plusieurs finales du Grand Chelem, remportant une victoire à l’US Open de 2003.

Roddick pense que l'engagement total et l’entier dévouement sont ce qui distingue les plus grands champions. Rien n'arrive par hasard et l'Américain en est bien conscient. Dans une interview, le joueur de 37 ans a déclaré: "On ne voit pas Federer, Nadal et Djokovic prendre des semaines de congé et ils sont toujours en finale ou en demi-finale, ce qui est très difficile.

Ils méritent beaucoup de crédit pour cela ", a admis Roddick, qui a pris sa retraite de l'ATP lors de l’US Open de 2012. Roddick a également félicité les joueurs Argentins:" (Juan Martin) Del Potro est le meilleur.

Sa taille et les armes qu'il possède ainsi que son jeu ... Nous ne savons même pas où il pourrait aller. Nalbandian était aussi un joueur incroyable. Je me souviens de l'avoir vu contre Roger, Rafa ...

Quand il était à son meilleur niveau, le battre était très difficile. Gaudio et Coria ont été très bons, mais j’ai senti que si je jouais très bien contre eux, je pouvais les battre.

" Le Français Gilles Simon est revenu sur la seule fois où Federer avait remporté Roland Garros en 2009, profitant également de la blessure au genou de Rafael Nadal. L'Espagnol a perdu face à l'éventuel finaliste Robin Soderling cette année-là.

"J'ai deux principaux souvenirs. Eh bien, quand Rafa a perdu contre Robin. C'était quelque chose d'extrêmement important. Le second souvenir c’est celui de Roger qui gagne contre Tommy Haas et le match a été très mauvais pour lui, il était très stressé.

Il laissait apparaitre des petits signes quand il était dépassé par son adversaire. Il perdait à deux sets. "