Roger Federer: "J'étais comme un gamin, déçu de moi-même"


by   |  LECTURES 5687
Roger Federer: "J'étais comme un gamin, déçu de moi-même"

Dans une interview, Roger Federer a commenté sur l'évolution de son comportement au fil des années. Le joueur Suisse attendait trop de lui-même au début de sa carrière. "Stefan Edberg, Pete Sampras m'ont inspiré à jouer comme je le fais à ce jour.

Très souvent, j'allais et venais comme, étant confiant, heureux et tout, et par la suite je me retrouvais au pied du mur et réalisais que ce n'est pas encore possible comme je n’étais pas encore assez fort.

Je réalisais que je n’allais pas avoir ce que je voulais tout de suite. Vous pouvez imaginer comme mes parents n'appréciaient pas quand je me comportais comme un morveux sur le terrain, balançant des raquettes, criant, pleurant, hurlant, jouant à nouveau, me battant.

Cela leur procurait beaucoup d’émotions et les rendait fou. Ils étaient assez déçus par mon comportement. Les entraîneurs m'ont expliqué que ce n'était pas bon pour moi et que je ne jouerais pas mieux voire même moins bien à cause de l’énergie négative que ce comportement dégageait, J'étais trop en avance sur moi-même, je ne veux pas être arrogant mais je pense que j'ai probablement pensé que j'étais meilleur que je ne l'étais vraiment.

Je pensais pouvoir jouer avec des frappes comme on pouvait voir à la télévision. Je suis ensuite arrivé à un stade de ma carrière où je suis devenu professionnel et je me suis dit: Honnêtement, je me sens mal à l'aise de réagir comme cela devant 10 000 personnes.

Je n'aime pas ce comportement surtout quand cela passe en directe à la télévision avec je ne sais pas combien de millions de personnes qui me regardent jouer dans leur salon, lancer des raquettes et crier.

Quels sont les commentaires sur moi, je n'ai pas aimé cela c’est à partir de ce moment-là que j’ai décidé de changer. Il est important de trouver son identité et de le faire à votre façon.

Je pense que j’avais grandi et réussi à être ce que j’étais à Wimbledon en 2003. Je me sentais à l'aise avec l'esprit de combat, l'énergie positive et négative.

Je savais comment absorber l’énergie négative pour en faire non usage. Tout entre en jeu, il y a donc beaucoup de prise de décision et beaucoup d'erreurs que vous pouvez faire en cours de route, mais vous ne pouvez pas toujours le rendre parfait. Vous devez apprendre à jouer malgré les problèmes et à jouer avec la douleur. "