Roger Federer : "J'ai sacrifié mon enfance"


by   |  LECTURES 9821
Roger Federer : "J'ai sacrifié mon enfance"

Roger Federer a parlé de son chemin vers le succès. Le Suisse a notamment confié avoir traversé des moments difficiles, mais sans rien regretter : "Au début, je pensais - ça ne m’a pas l’air bien - mais j'ai sacrifié mon enfance.

Je sens malgré tout que je l’ai vraiment sacrifié. Au début, vous vous posez beaucoup de questions sur le sujet: "Avez-vous l'impression de regretter tant de choses parce que vous avez quitté l'école à 16 ans, pris la route, ne pouvait pas faire la fête comme une rock star?" Je me suis dit que ce n'était pas comme si je n'avais jamais fait la fête.

Ce n’est pas comme si j’avais détesté ma vie au début des tournois. C'est certainement un chemin un peu plus inhabituel quand on avance vers l'âge adulte. J'ai certainement fait beaucoup de sacrifices, je crois, surtout en quittant ma maison à 14 ans.

Je pense que c'était peut-être les deux années qui ont le plus marqué ma vie car j'étais encore très jeune ... Je restais dans une famille différente du lundi au vendredi.

Je le ferais à nouveau. Cela montre que tout le jeu en valait la chandelle et que tout allait bien" Concernant la déception de Stefanos Tsitsipas après ses défaites face à Stan Wawrinka à Roland Garros et contre Thomas Fabbiano à Wimbledon, Federer a ajouté : "Je comprends.

J'étais M. Emotion, alors je suis passé par là. Je pleurais après avoir perdu des matches au cours de mes années juniors. Certains sont plus forte et le prennent mieux. Certains le prennent de manière plus détendu.

Certains prennent des heures pour s'en remettre. Certains prennent des jours. Je pense que cela dépend vraiment de votre personnalité. Je pense juste que cela signifie beaucoup de perdre lors d’un tournoi comme celui de Wimbledon.

[C'est] super important et peut vraiment rendre triste et a terre. Prenez deux heures s'il le faut, prenez quatre heures, je m'en fiche. Mais il faut à tous prix revenir. Je ne sais pas quoi faire. Prendre une super douche.

Laisser toutes mes larmes dans les vestiaires. Je ne sais pas combien de temps cela a pris pour eux mais j’avais toujours besoin de plus de temps étant jeune et triste"