Marin Cilic : "Le circuit n'est pas le même sans Roger Federer"



by SARAH AIT SALAH

Marin Cilic : "Le circuit n'est pas le même sans Roger Federer"

Hambourg est demeuré sur le calendrier des Masters 1000 entre 1990 et 2008. Les champions les plus en vue étaient Stefan Edberg, Marcelo Ríos, Gustavo Kuerten et Roger Federer, mais un grand nom manquait à cette liste.

Rafael Nadal avait toujours préféré Rome à Hambourg, perdant la finale de 2007 contre Roger et obtenant une nouvelle chance un an plus tard. Après une élimination précoce à Rome en 2008, Rafa s'est rendu à Hambourg pour rencontrer le numéro 3 mondial et champion de Rome, Novak Djokovic, en demi-finale.

C'était son dixième match et la septième victoire de Rafa, qui s'est imposé 7-5, 2-6 et 6-2 en trois heures et trois minutes en salle sur le Center Court. Novak avait une raison supplémentaire de battre Rafa sur terre battue pour la première fois.

Il aurait pu devenir numéro 2 mondial avec cette victoire, mais il a fini par s'incliner malgré un gros effort et 19 occasions de break sur son compte. Le Serbe n'en a converti que quatre et a subi cinq breaks.


Tous deux ont décroché un nombre similaire de coups gagnants. Djokovic s'est classé au-dessus de Nadal dans le département des erreurs forcées après une approche agressive. Malgré tout, il a commis trop de fautes directes dans ses efforts, souvent à des moments cruciaux, pour perdre le match et rester No.

3 mondial. Novak a obtenu un break à 1-1 dans le premier jeu et a cimenté son avance avec un coup droit gagnant sur la ligne dans le troisième jeu. Nadal a perdu 14 points sur 18 depuis le début du match et s'est retrouvé mené 30-0 dans le quatrième jeu, avant de repousser deux chances de break et d'inscrire son nom au tableau d'affichage.

Novak a gaspillé une balle de jeu dans le cinquième jeu et perd son service et son élan après un coup droit gagnant de Rafa. L'Espagnol a sauvé une balle de break dans le sixième jeu pour finalement rattraper son adversaire et égaliser le score à 3-3.

Nadal a fait le break dans le neuvième jeu pour prendre une avance de 5-4 et servir pour le set. Djokovic a gardé son sang-froid et fait le break pour prolonger la bataille.

Le roi Roger n'ira pas en Australie.

2022 a été une année de haut niveau pour Marin Cilic.

Le Croate est revenu sur le devant de la scène en s'appuyant sur de grands résultats et des victoires cossues, y compris des démonstrations authentiques, comme celle qu'il a signée contre Daniil Medvedev à Roland Garros.

Mais il s'agit là d'un chapitre clos, d'une saison qui était très différente du scénario actuel. Par exemple, au début de cette année-là, Novak Djokovic n'était pas présent dans les grands rendez-vous, tandis que l'on parlait encore d'un éventuel retour de Roger Federer à la compétition, sans toutefois préciser de dates.

"Nous voulions que Roger ne parte jamais, parce que c'est un type formidable et qu'il est une source d'inspiration non seulement pour nous, les joueurs, mais aussi pour beaucoup d'autres personnes dans le monde. De plus, pour beaucoup de ces joueurs de la Next Gen qui font maintenant partie de l'élite, il a été leur plus grande inspiration, leur plus grande référence, et il est peut-être encore leur idole.

Il est très difficile d'assimiler le fait qu'il ne soit plus là, il est clair que le circuit est différent sans lui. Cependant, je dirais que nous avons encore de la chance : Rafa et Novak jouent, et quand je dis jouer, je veux dire garder cet enthousiasme qui leur permet de rester au sommet.

Ce n'est pas la même chose sans Roger, mais je pense que les gars savent que le circuit sera différent à l'avenir."

Marin Cilic Roger Federer