Roger Federer : "Anne Hathaway n'aurait pas pu être plus gentille avec moi".



by SARAH AIT SALAH

Roger Federer : "Anne Hathaway n'aurait pas pu être plus gentille avec moi".

Juan Carlos Ferrero et Roger Federer se sont affrontés pour une place dans le match pour le titre du Masters de Madrid 2003. L'Espagnol s'est imposé dans le choc des prétendants au titre de l'année, battant le Suisse 6-4, 4-6 et 6-4 en une heure et 52 minutes pour rester dans la course au titre.

Le favori du public a gagné un point de plus que le champion de Wimbledon, n'a perdu son service qu'une seule fois et a réussi deux breaks pour s'imposer. Le Suisse a été le joueur le plus agressif, avec plus de coups gagnants et de fautes directes.

Federer a eu un léger avantage dans les échanges courts, mais a perdu du terrain dans les échanges plus longs pour finir par s'incliner. L'Espagnol a obtenu un break dans le cinquième jeu du premier set et a cédé deux points après le coup initial pour contrôler le score et s'imposer 6-4.

Federer a pris le contrôle du deuxième set, servant bien et obtenant un break dans le dixième jeu pour mener à un set décisif et gagner du terrain.
Cependant, Ferrero a joué à un niveau plus élevé et a obtenu un break après un retour de coup droit gagnant dans le cinquième jeu.

L'Espagnole a bien servi dans les jeux restants et a tenu bon après l'égalité à 5-4 pour sceller l'affaire et récolter de précieux points. "Je n'étais pas satisfait de mon jeu aujourd'hui.

J'ai eu quelques bons moments, mais c'était plein de hauts et de bas dans les autres. C'est moi qui contrôlais le jeu, pas Juan Carlos ; j'ai pris des risques et fait trop d'erreurs. Mon retour était horrible dans le premier set.

Peut-être que son service s'est amélioré, je ne sais pas, mais aujourd'hui ça lui a bien réussi. J'ai eu du mal à suivre le rythme et à lire ses coups. Les choses se sont améliorées dans les sets deux et trois, mais pas assez pour franchir la ligne d'arrivée en premier."

Federer sur sa collaboration avec Robert De Niro et Anne Hathaway.

Au cours de la même interview, Roger Federer a évoqué deux publicités dans lesquelles il a partagé la vedette avec Robert De Niro et Anne Hathaway pour Suisse Tourisme.

"Ces publicités étaient éprouvantes pour les nerfs, car le bon côté de celle de Robert De Niro, c'est que, premièrement, je n'arrive pas à croire qu'il l'ait vraiment fait, ce qui est en soi une victoire.

Je suis un grand fan. Et puis il a tourné le premier. Ensuite, j'ai pu agir sur ce qu'il a fait. Et moi, évidemment, je pouvais faire une centaine de prises s'il le fallait. Et il n'y avait pas de pression, puisqu'il n'était pas là", a fait remarquer Federer.

"Mais Anne Hathway, en revanche, était assise à côté de moi lorsque je faisais la publicité. Le réalisateur m'a dit : "D'habitude, je tourne en un seul morceau. Je n'avais aucune idée d'aucune des répliques.

Ils ont donc créé tous ces téléprompteurs pour moi, pour que je puisse les lire. Et puis la caméra se déplaçait devant le téléprompteur et je devais suivre le texte.

Bref, je me suis amélioré avec le temps. Et Anne était super gentille. Elle n'aurait pas pu être plus gentille avec moi", a-t-il ajouté.

Roger Federer