La peur et l’incertitude de Roger Federer pour son opération de 2016

Le Suisse revient sur son intervention chirurgicale au genou

by Veronique Martin
SHARE
La peur et l’incertitude de Roger Federer pour son opération de 2016

Roger Federer est récemment revenu sur son opération chirurgicale de février 2016, après le fameux accident alors qu'il préparait le bain de ses filles Myla et Charlene. La même année, le Suisse avait pris une pause de six mois afin de se rétablir définitivement.

"J’acceptais la situation. C'était la première intervention chirurgicale de ma vie. J’avais donc peur que mon genou ne puisse plus bouger en me réveillant après l'opération. Vous ne savez pas ce que ça va donner après", a déclaré Federer, qui s'est incliné ce vendredi à Madrid contre Dominic Thiem malgré 2 balles de match.

"Bien sûr, il y avait de l'incertitude, peut-être même de la peur dans certains cas, lorsque vous recommencez à marcher, lorsque vous réalisez que vous ne pouvez pas marcher sans béquilles, vous ne commencez que très légèrement.

C'est un long processus jusqu'à ce que vous puissiez réellement courir à nouveau. Vous essayez pendant cinq heures d'affilée, puis vous reposez et faites encore cinq heures d'affilée. C'est ce que le corps doit être prêt à faire.

C’était un processus difficile, mais j’ai aussi apprécié cette expérience, car c’était quelque chose de totalement différent de tout ce que j’avais fait auparavant, et il était important d’être fort mentalement et d’être positif", a-t-il continué.

"Je pense que mon corps était prêt à faire une pause. C’était un signe qu’il me fallait du repos, je pense que la chirurgie était le premier signe et après que le genou n’ait jamais vraiment retrouver toutes ses capacités, j’avais besoin de plus de repos, de plus de renforcement du genou et des muscles autour pour que je sois plus fort, et ça valait le coup.

Mon esprit avait aussi besoin de repos et de rajeunissement pour reprendre les tournois. Comme je participe aux tournois depuis 1998, j’ai joué un programme complet, donc près de 18 ans de suite et, à un moment donné, je pense avoir mérité six mois.

Six mois font beaucoup dans une année mais sur une carrière de 20 ans, 6 mois ce n’est rien", a conclu le 3e mondial.

Roger Federer
SHARE