"La personnalité de Roger Federer m'a rendu plus...", déclare l'ancien as

Les éloges d'Andy Roddick envers Roger Federer

by Veronique Martin
SHARE
"La personnalité de Roger Federer m'a rendu plus...", déclare l'ancien as

Roger Federer a pris un bon départ lors de sa tournée sur terre battue en 2003, remportant le titre à Munich avec style pour remporter la septième couronne ATP. N'ayant pas le temps de célébrer, le joueur de 21 ans s'est dirigé vers le sud et a participé à l'événement Masters 1000 à Rome, où il n'a pas bien joué dans le passé.

Tout cela a changé lorsque Roger a battu Paul-Henri Mathieu, Mariano Zabaleta, Tommy Robredo, Filippo Volandri et Juan Carlos Ferrero. Le Suisse a perdu un set en route vers sa troisième finale de Masters 1000 et sa deuxième consécutive sur terre battue après Hambourg 2002.

Espérant remporter des titres consécutifs sur une surface plus lente, Federer a affronté Felix Mantilla et a subi une défaite de 7-5, 6-2, 7-6 en deux heures et 41 minutes. Ainsi, Roger a perdu le premier match depuis Miami et s'est concentré sur la défense du titre à Hambourg.

Mantilla a repoussé 14 des 17 occasions de break, restant calme quand cela comptait le plus et scellant l'affaire en deux sets pour son 10e et dernier titre ATP, également son premier au niveau Masters 1000.

L'Espagnol n'a gagné que sept points de plus que le Suisse et s'est forgé l'avantage dans les échanges les plus courts et moyens. Federer avait aussi l'avantage dans les derniers échanges, pas assez pour prendre au moins un set.

Roger a gâché ses chances dans le premier set et a breaké au pire moment à 5-6. Il a ouvert une avance de 2-0 dans le deuxième set, pour perdre les huit jeux suivants et se retrouver à la traîne à 7-5, 6-2, 2-0, poussant Mantilla plus près de la ligne d'arrivée.

Soudain, Federer a pris quatre jeux de suite pour ouvrir une avance de 4-2 dans le troisième set, servant à 5-4 et gaspillant deux balles de set pour ramener Felix à 5 partout. L'Espagnol a repoussé pas moins de sept occasions de break lors du onzième jeu pour mettre en place un tie-break.

Andy Roddick fait l'éloge du roi Roger Federer

Dans un podcast récent, l'ancien numéro un mondial Andy Roddick a évoqué son respect pour Roger Federer. "C'est sa facilité d'utilisation, non ?" dit Roddick.

"Si la façon dont il est capable de vaquer à ses occupations, je voudrais, vous savez, jouer un match d'entraînement, être là-bas pendant deux heures. Je le jouerais comme si j'allais jouer trois jours plus tard lors de la première manche d'un Grand Chelem et je passerais devant le terrain de Roger et il riait et plaisantait.

Et il est détendu. C'est là que ma jalousie est venue : la façon dont il a pu s'acquitter de ses responsabilités en dehors du Court, être toujours de bonne humeur, ce qui était incroyablement ennuyeux pour le reste d'entre nous, les gens de mauvaise humeur", a-t-il ajouté.

Roger Federer Andy Roddick
SHARE