Roger Federer : "J'aime l'intensité mais..."

Roger Federer veut séparer sa vie professionnelle et sa vie personelle

by Veronique Martin
SHARE
Roger Federer : "J'aime l'intensité mais..."

Roger Federer a pris un départ parfait en 2003 avant de se transformer en une saison mémorable, remportant près de 80 matchs et remportant sept trophées, dont Wimbledon et la Masters Cup. Le Suisse a perdu beaucoup d'énergie dans les phases finales de 2002 et a démarré lentement la saison suivante, luttant contre une blessure à la jambe à Doha et à Sydney et se dirigeant vers l'Open d'Australie avec seulement quelques matches à son actif.

Roger était parmi les favoris du titre à Melbourne, donnant le coup d'envoi de l'action avec une victoire âprement disputée 7-6, 7-5, 6-3 contre le Brésilien Flavio Saretta en deux heures et 48 minutes.

Federer a converti six des 17 occasions de break et s'est breaké trois fois pour se retrouver au sommet sans passer plus de temps sur le terrain. Saretta est resté en contact avec le Suisse dans les deux premiers sets avant que Roger ne s'échappe dans le troisième, se sentant mieux sur le terrain mais sentant toujours qu'il y avait place à l'amélioration s'il voulait se battre pour le trophée.

De plus, les journalistes ont demandé à Federer de partager ses réflexions sur les tests sanguins, et il a dit qu'il n'y avait rien de mal avec eux, car il n'avait rien à cacher ou à s'inquiéter.

"La jambe était bonne aujourd'hui, j'en suis content. J'ai dû beaucoup courir, et c’était un match difficile. Je suis content que ça se soit bien passé, j'aime la façon dont j'ai joué.

La dernière fois que j'ai joué sur le court central c’était contre Tommy Haas en 2002. C'est une bonne ambiance et les Australiens sont sympathiques. C'est important de trouver la bonne forme lors des premiers matches et je pense que je peux mieux jouer lors des prochains."

Le roi Roger Federer est aimé des fans

Roger Federer approche à grands pas de son retour, a priori prévu pour la cinquième édition de sa Laver Cup, qui se déroulera du 23 au 25 septembre à l'O2 Arena de Londres.

En attendant, le Suisse a tout le loisir d'honorer des contrats et d'accorder quelques interviews, même si la parole reste assez rare. Interrogé par le média Néerlandais Het Parool, le Maestro a expliqué comment il concilie sa vie professionnelle et sa vie personnelle.

La clé du bonheur selon lui. "Je peux mettre ma cape et être un super-héros quand je marche sur le terrain, mais quand j'ai fini, j'aime l'enlever et être un homme normal. Je pense que je suis bon pour marquer cette différence et maintenir cet équilibre.

C'est ce qui me rend heureux sur le circuit. J'aime l'intensité, vivre ce sentiment et être complètement concentré. Mais quand c'est fini, je me demande : "Qu'est-ce qu'on mange ce soir ? Qu'est-ce que les enfants veulent faire ? Je peux séparer ces deux mondes. "

Roger Federer
SHARE