"Les gens voyaient Roger Federer comme un joueur vulnérable", déclare un expert



by   |  LECTURES 2399

"Les gens voyaient Roger Federer comme un joueur vulnérable", déclare un expert

Roger Federer a décroché son premier titre majeur à Wimbledon en 2003. Le jeune Suisse a perdu un set en sept jeux pour soulever le trophée avec style. Une semaine plus tard, Federer a perdu contre Jiri Novak en cinq sets lors de la finale de Gstaad et a fait une pause avant Montréal et Cincinnati.

Roger a laissé passer l'opportunité de devenir le n°1 mondial pour la première fois lors d'épreuves consécutives de Masters 1000, perdant face à Andy Roddick et David Nalbandian.

Federer a eu une autre chance de récupérer le trône de l'ATP à l'US Open, cherchant son premier résultat notable lors du dernier Majeur de la saison. Comme les années précédentes, Roger n'a pas pu tirer le meilleur parti de lui à New York.

Il a battu Jose Acasuso, Jena-Rene Lisnard et James Blake avant de subir une défaite de 3-6, 7-6, 6-4, 6-3 contre David Nalbandian. L'Argentin s'est imposé lors de ses premières rencontres, puisque deux semaines plus tôt, à Cincinnati, il avait battu Federer en deux tie breaks.

Le match de New York a duré deux heures et 52 minutes, avec de nombreux longs échanges et des fautes directes des deux. Federer a subi six breaks sur 16 occasions qui lui ont été offertes par Nalbandian, qui a pris un bon départ avant de se retrouver mené 5-0 dans le deuxième set.

Le Suisse a perdu un énorme déficit mais a perdu le tie-break, ratant l'occasion de prendre une énorme avance et renvoyant l'élan dans l'autre sens. Avec un élan de son côté, Nalbandian a prévalu dans le troisième et quatrième set pour sceller l'affaire et se qualifier pour les quarts, laissant Roger les mains vides pendant le saison Nord-Américain.

Roger Federer est 20 fois champion du Grand Chelem

Le livre sur Roger Federer de Christopher Clarey, le journaliste du New York Times, sera bientôt disponible en Français. Les fans pourront donc se régaler car le bloc est composé de 590 pages.

L'auteur, interviewé par notre confrère Laurent Favre du quotidien Le Temps, a une nouvelle fois fait part de ses intentions lors de la rédaction de ce livre et aussi de son admiration pour le champion Suisse.

"Roger Federer est clairement l'un des meilleurs joueurs de l'histoire du tennis, mais en finale, il est aussi un grand perdant. Mais cela a aussi contribué à sa popularité : les gens le voyaient vulnérable, très humain, ne cachant pas ses sentiments, explique Christophe, qui était marqué par plusieurs qualités du roi Roger : "Son empathie, sa capacité à ressentir les autres, les ambiances, à être curieux, et son côté caméléon, sa capacité d'adaptation"

Roger Federer est prêt à faire une apparition à la Laver Cup en septembre, où il fera peut-être équipe avec Rafael Nadal.