Un Top analyste : "Quand Roger Federer se promène à Zurich, en Suisse, il est..."

Roger Federer a beaucoup souffert ces deux dernières saisons, à cause d'une douleur au genou droit dont il a voulu se défaire.

by Shyrem
SHARE
Un Top analyste : "Quand Roger Federer se promène à Zurich, en Suisse, il est..."

Roger Federer a beaucoup souffert ces deux dernières saisons, à cause d'une douleur au genou droit dont il a voulu se défaire. Le champion suisse a tenté un retour timide en 2021, mais n’a pas pu retrouver une bonne condition physique.

Il suffit de dire que le champion suisse n’a disputé que 13 matchs officiels l'année dernière, pour un bilan peu reluisant de 9 victoires et 4 défaites. Un tirage assez clément lui a permis d'atteindre les quarts de finale à Wimbledon 2021, où il a été ensuite sèchement battu à Hubert Hurkacz.

Le Polonais lui a pris le troisième set sur un bagel, preuve supplémentaire des difficultés actuelles de Roger. Quelques semaines plus tard, le champion du Grand Chelem à 20 reprises a annoncé qu'il avait subi une nouvelle intervention chirurgicale et ce, pour la 3e fois en 18 mois.

Le natif de Bâle de 40 ans espère à présent faire un meilleur retrour sur le circuit à la fin de l'été ou au début de l'automne, peut-être même à la Laver Cup.

Sa participation à The Championships cette année est encore compromise, comme l'a confirmé son entraîneur de longue date Severin Luthi. Dans un long entretien avec Tennis Deutschland, Christopher Clarey – un journaliste, correspondant du New York Times – s'est penché sur les perspectives qui s’offre à Federer.

Clarey a analysé la situation de Roger Federer

"Roger Federer est un quelqu’un d’optimiste, il a une énergie positive comme celle des jeunes enfants. Il a sans nul doute deux objectifs : la première est de faire réparer son genou afin qu'il puisse avoir une vie normale plus tard, avec ses enfants.

C'est donc une grande motivation", a commencé Clarey. "Et la seconde… Eh bien, les gens demandent à Roger depuis 2009 – lorsqu’il a remporté l'Open de France – quand est-ce qu’il prendra sa retraite.

Il est donc immunisé. Ses modèles sont des gens comme Laver, Rosewall ou Agassi. Je ne pense pas qu'il aimerait revenir juste pour jouer à la Laver Cup. Peut-être que ce sera le cas, mais je ne pense pas que ce soit ce qu'il désire", a-t-il continué.

"En fin de compte, c'est quelqu'un qui aime jouer au tennis, qui aime sentir la balle sur sa raquette. Et qui aime aussi la compétition." Clarey a également révélé que la légende suisse du tennis n’est pas importuné lorsqu'il est dans son pays, car les fans qui y résident respectent son intimité.

"Mais bien sûr, il a besoin de son temps en privé pour reprendre ses forces. En Suisse, les gens l'acceptent aussi. S'il vivait en Argentine ou en Italie, ce serait plus difficile (d’avoir des moments de quiétude).

Son manager Tony Godsick m'a dit un jour : Quand Roger se promène à Zurich, il est à peine dérangé. Et si c’est le cas, ce n’est pas par des Suisses, mais par des touristes. Je l'ai également rencontré deux ou trois fois en Suisse, et c'était pareil", a déclaré Clarey.

Roger Federer
SHARE