Roger Federer : 'Si je ne suis plus compétitif, il vaut mieux arrêter'


by   |  LECTURES 2669
Roger Federer : 'Si je ne suis plus compétitif, il vaut mieux arrêter'

Rester dans le petit cercle des meilleurs, aux yeux de Roger Federer, c’est la raison principale qui motive le Suisse à continuer une carrière de plus de 20 ans. La priorité du 6e mondial est réussir à aller le plus loin possible à l'occasion des grands événements, notamment dans les tournois du Grand Chelem, ce qui ne se vérifie plus depuis son triomphe à l'Open d'Australie en janvier 2018.

Le jeu pour le jeu, ça ne me suffit pas”, a déclaré Federer à la Tribune de Genève, “Je mentirais si je disais que je n’ai aucun mal à perdre dès les premiers tours d’un tournoi.

Je n'envisage pas simplement de participer aux événements, en effet j'arrive vraiment à en profiter si je gagne. J’ai du respect pour moi-même et dois pouvoir m'exprimer à un certain niveau.

Si je n'y arrive pas toutes les semaines, ce n’est pas grave. Mais il faut que cela arrive plusieurs fois au cours de l’année. Ce qui me motive, c’est savoir que je suis [encore] en mesure de battre les plus forts”.

Au cas où cela deviendrait de plus en plus compliqué, ne serait-il pas préférable d'arrêter ? “Oui, c’est une possibilité. Cela peut arriver aussi à cause d’une douleur physique trop fréquente qui ne me permet pas d'être à 100%.

Ou encore, quand les déplacements deviennent trop nombreux. J'ai une priorité : ma famille. Si ce train de vie n’est plus convenable à ma femme et à mes enfants, ce sera une bonne raison pour prendre ma retraite”.

Roger a aussi précisé dans quels moments il songe le plus à accrocher sa raquette : “Quand je suis chez moi et n’ai pas de programmes sur le court terme, comme un tournoi à disputer ou n’importe quelle chose qui puisse m’occuper.

Ou bien quand je suis en vacances. Parfois je me demande où je serai dans 10 ans.