Quand Federer fustigeait les organisateurs de Wimbledon: Cette surface est une blague



by   |  LECTURES 1459

Quand Federer fustigeait les organisateurs de Wimbledon: Cette surface est une blague

Wimbledon 2002 a été l'un des plus étranges de l'ère Open, avec seulement quelques têtes de série parmi les 15 survivants des quarts de finale, avec deux joueurs de fond ayant atteint le match pour le titre.

Aux côtés de plusieurs autres favoris de l’événement, Roger Federer avait dû faire ses valises bien plus tôt que prévu après avoir subi une défaite de 6-3, 7-6, 6-3 dès le premier tour face à un qualifié de 18 ans, Mario Ancic, qui n'avait eu aucune victoire ATP gagne avant cette édition de Wimbledon !

Douze mois plus tôt, Federer avait battu le septuple champion Pete Sampras pour se rendre en quart de finale et, il espérait déployer la même performance en 2002 tout en rêvant de remporter le titre.

Mais, rien ne s’est déroulé comme prévu, car il y a eu cette performance médiocre contre Ancic. Le Suisse ne trouvait pas le rythme souhaité au service et a également permis à Mario de contrôler les points pour avoir le dessus.

Le tournoi de Wimbledon de cette année-là avait suscité beaucoup de débats quant à la vitesse de la surface, et Federer ne doutait pas que c'était beaucoup plus lent qu'en 2001.

Il réussissait à peine à frapper les as et ne pouvait pas utiliser le coup initial comme une arme. Très déçu, Federer n’avait pas pu trouver le moyen de décrire sa défaite lors de la conférence de presse, affirmant qu'il devait travailler dur en vue de la prochaine transition nord-américaine et suite à des sorties anticipées à Roland Garros et à Wimbledon.

Federer a subi une défaite choquante contre Mario Ancic à Wimbledon 2002

"Mario mérite d'être qualifié parce que je ne pouvais tout simplement pas trouver les bons coups au bon moment.

Cela fait mal, surtout dans un Majeur en cinq sets, où je pense que je suis un meilleur joueur. Aujourd'hui, c'était vraiment dommage. Je ne pouvais pas comprendre son service, je luttais pour lire le lancer.

Il a plutôt bien retourné. J'ai senti que mon service n’était pas là dès le début. J'ai essayé d’apporter autant de premiers services que possible, mais cela n’arrivait pas dès que je voulais aller plus fort et frapper un as.

Les conditions sont beaucoup plus lentes par rapport à l'année dernière. Je n'ai pas regardé les statistiques, mais je pense avoir frappé un seul as. C'est une blague, car j'en ai eu environ 25 contre Pete (Sampras) l'année dernière.

Je ne sais pas ce qui s'est mal passé aujourd'hui, mais mon service n'était pas là. J'attendais avec impatience ce tournoi, surtout quand j'ai appris que nous allions jouer sur le court central ; c'est un endroit spécial et j'adore jouer dessus.

Après ces matchs contre Pete Sampras et Tim Henman l'année dernière, c'est un choc de perdre comme ça aujourd'hui. Je suis très déçu. Je vais devoir travailler dur et revenir plus fort pour la transition américaine sur court dur", avait expliqué Roger Federer.