Matteo Berretini : " J'ai grandi en idolâtrant Roger Federer"



by   |  LECTURES 944

Matteo Berretini : " J'ai grandi en idolâtrant Roger Federer"

Après avoir remporté un seul titre en 2013 (le nombre le plus bas depuis 2001), Roger Federer s'est repris un an plus tard pour conquérir les deux Masters 1000 sur les surfaces les plus rapides, à Cincinnati et Shanghai, aux côtés de Dubaï, Halle et Bâle.

Le maître suisse est resté à l'écart des titres Masters 1000 pendant deux ans après Cincinnati 2012 avant de changer cela en 2014, prenant de l'élan et soulevant la première couronne de Shanghai après une victoire à l'arraché 7-6, 7-6 contre Gilles Simon en une heure et 53 minutes le 12 octobre.

Rafael Nadal s'est incliné lors du match d'ouverture, et Roger a échappé de justesse au même sort, repoussant cinq balles de match contre Leonardo Mayer, ce qui lui a donné un énorme coup de pouce pour la suite du tournoi.

Le Suisse n'a joué que deux balles de break contre Julien Benneteau, Roberto Bautista Agut et le champion en titre Novak Djokovic en demi-finale, jouant à un haut niveau et espérant qu'il en sera de même contre le Français.


Gilles a éliminé Stan Wawrinka, Feliciano López et Tomas Berdych pour accéder à sa deuxième finale de Masters 1000 et à la première en six ans, prêt à défier Federer et à se battre pour le moment le plus remarquable de sa carrière.

Roger a gagné 15 points de plus que son rival et a dû remporter les deux sets dans le tie break pour s'assurer le titre au Qizhong Tennis Center. Simon n'a servi qu'à 51 %, mais il a tiré le meilleur parti de son service pour sauver six des sept occasions de break et obliger Roger à suer pour la victoire, ayant des chances de remporter les deux sets.

Federer a été plus efficace sur ses premiers et seconds services, repoussant deux des trois balles de break et forçant son adversaire à commettre de nombreuses erreurs pour s'assurer la victoire.

Le Suisse avait l'avantage dans les rallyes les plus courts et les plus longs, ayant besoin de ces coups de fond de court forts et agressifs contre un adversaire qui était sur pratiquement chaque balle, se déplaçant magnifiquement sur le court et apprivoisant ses coups des deux ailes pour rester en course.

Berrettini et Dybala parlent de Roger Federer

Dans une récente interview accordée à ATP Tour.com, Matteo Berrettini et le footballeur de la Juventus Paulo Dybala n'ont pas tari d'éloges sur Roger Federer.

Berrettini a comparé le Suisse au grand footballeur Ronaldinho, tandis que Dybala a révélé qu'il a admiré le 20 fois champion de Majeurs en grandissant. "J'ai toujours eu Ronaldinho comme idole, pour sa classe et pour la façon dont il s'amusait sur le terrain", a déclaré Dybala.

Matteo Berrettini a ensuite révélé qu'il aimait la façon dont son idole, Roger Federer, avait la capacité de jouer sans effort, tout comme Ronaldinho. L'Italien s'est également émerveillé de "l'élégance" et du comportement général de Federer.

"Personnellement, je n'ai jamais caché que j'ai grandi en idolâtrant Roger [Federer]. J'aimais la façon dont il donnait l'impression que tout était facile, presque comme Ronaldinho", a déclaré Berrettini à Dybala.

"Sa façon d'être sur le court, son élégance, sa façon de parler, la vibration qu'il donne sont sans égal"