Roger Federer : "Je ne veux pas me sentir bousculé par la presse ou ..."



by   |  LECTURES 1391

Roger Federer : "Je ne veux pas me sentir bousculé par la presse ou ..."

Fin 2019, Roger Federer était toujours classé dans le top 3 derrière ses plus grands rivaux Rafael Nadal et Novak Djokovic. Federer a remporté quatre titres cette année-là et a perdu la finale de Wimbledon contre Djokovic après avoir gaspillé deux balles de match.

Prêt pour un autre grand parcours, le Suisse a donné le coup d'envoi de l'année 2020 avec la demi-finale de l'Open d'Australie, subissant une nouvelle défaite contre Novak et faisant face à des problèmes beaucoup plus graves dans les semaines suivantes.

Au lieu de jouer à Dubaï, Federer a annoncé qu'il devait se faire opérer d'une blessure au genou, s'absenter du court et subir une autre opération en mai. Roger a dû faire l'impasse sur le reste de la saison et entamer une convalescence qui a duré près de six mois à partir d'octobre, le 20 fois vainqueur de tournois majeurs revenant à Doha en mars.

En jouant deux tournois avant Roland Garros, Federer a pris de l'élan avant de remporter trois victoires à Paris et de se retirer afin de préserver son énergie pour la saison sur gazon.

Federer veut toujours être compétitif.

Le 19 fois champion ATP sur gazon n'a pas pu produire son meilleur tennis à Halle, s'inclinant au deuxième tour face à Felix Auger-Aliassime et se rendant à Wimbledon avec un nuage noir au-dessus de la tête.

Pour sa 22e participation au All England Club, Roger a atteint les quarts de finale en tant que joueur le plus âgé de l'ère Open et a affronté Hubert Hurkacz dans la bataille pour les demi-finales.

Le jeune Polonais a battu son idole 6-3, 7-6, 6-0, offrant à Roger son premier bagel en 13 ans et soulevant des questions sur sa retraite. S'exprimant après le match, Federer a déclaré qu'il n'envisageait pas encore de prendre sa retraite, se sentant toujours passionné par le jeu et souhaitant prolonger sa carrière.

"Il s'agit simplement d'avoir du recul. On sait qu'on a besoin d'un objectif quand on fait une rééducation comme celle que j'ai faite. On ne peut pas penser à toute la montagne à gravir d'un coup ; il faut y aller par étapes.

Wimbledon était la première super étape, si on veut. Cette étape est terminée, et il faut tout réévaluer. Il faut s'asseoir et parler de ce qui s'est bien passé et de ce qui s'est mal passé, ainsi que de la situation de son corps, de ses genoux et de son esprit."

"Halle et Wimbledon ont été des moments difficiles pour moi, car j'ai dû faire un effort supplémentaire à chaque fois, surtout lorsque les choses se sont compliquées contre Felix ou Hurkacz.

Je savais que ça allait être très dur, pour être honnête. Maintenant, il faut que je parle à l'équipe, que je prenne mon temps, que je ne me sente pas bousculé par vous ou qui que ce soit d'autre, d'ailleurs.

Je dois prendre mon temps et prendre la bonne décision, celle que je veux prendre et où je me sens le plus à l'aise. Mais, non, j'espère que je n'aurai pas à prendre ma retraite tout de suite, car mon objectif est de jouer davantage", a déclaré Roger Federer.