Marc Rosset : "Roger Federer ne veut pas qu'un un coup de chance décide de sa fin"



by   |  LECTURES 2067

Marc Rosset : "Roger Federer ne veut pas qu'un un coup de chance décide de sa fin"

Trois ans après leur précédent affrontement à Wimbledon, Roger Federer a battu Adrian Mannarino 6-4, 6-7, 3-6, 6-2 en deux heures et 42 minutes, le Français abandonnant au début du cinquième set en raison d'une blessure au genou.

Le Français a bien joué pour prendre une avance de deux sets à un avant de faire une mauvaise chute dans le quatrième set qui a anéanti ses rêves de battre un octuple champion le jour de son anniversaire.

Ainsi, Federer s'est assuré sa 102e victoire à Wimbledon, participant à son Majeur bien-aimé pour une 22e fois, un record, et évitant sa première sortie en Majeur depuis 2002.

Le Suisse a tiré 53 gagnants et 45 fautes directes et a réussi quatre des 13 balles de break pour tenir bon et rester dans la course avec une bonne performance sur le set numéro quatre avant la blessure d'Adrian.

Cependant, Federer n'a pas été très bon dans les sets précédents, il n'a pas fait confiance à ses coups et n'a pas imposé ses frappes pour faire sortir Mannarino de sa zone de confort.

Ils ont tous les deux sauvé cinq occasions de break dans les quatre premiers jeux de service pour rester côte à côte avant que Roger ne tire un revers croisé à 5-4 pour faire le break et assurer le premier set.

Mannarino a mieux joué dans le deuxième set, en domptant bien ses coups et en gardant Federer loin des opportunités de break.

Rosset s'exprime sur Roger Federer

L'ancien champion olympique en simple, Marc Rosset, estime que Roger Federer mérite de partir à sa guise, compte tenu de la carrière qu'a connue la légende suisse.

"Il y a un paramètre qu'il ne faut pas perdre quand on analyse ce que Roger fait sur le court : si tout à coup il y a une rechute, ou un autre problème au genou, c'est fini. On ne fait pas une troisième opération éventuelle et un come-back à 41 ans.

Il faut donc avoir cela en tête. Si on aime le tennis comme il l'aime, et si on a la carrière qu'il a, on ne veut pas que ce soit un coup de chance qui décide de la fin", a-t-il ajouté.

"On veut jouer le plus longtemps possible, donc je peux comprendre qu'il y ait moins d'insouciance " Lors de sa conférence de presse d'avant-tournoi, le Suisse a déclaré qu'il se sentait gonflé à bloc pour son retour à Wimbledon.

"Je suis excité. Je pense que je dois tirer le positif de ces dernières semaines, que je suis en fait ici à Wimbledon en ce moment et que j'ai une chance", a-t-il déclaré."

Je sais que si j'avance, que j'entre dans la deuxième semaine - ce qui est l'objectif pour l'instant - je deviendrai de plus en plus fort au fil des matchs. Je crois que c'est tout à fait possible"