Roger Federer: "Je préfèrerais être à la place de Nadal et Djokovic en ce moment"



by   |  LECTURES 1325

Roger Federer: "Je préfèrerais être à la place de Nadal et Djokovic en ce moment"

Comme de nombreuses fois auparavant, Roger Federer, Rafael Nadal et Novak Djokovic sont qualifiés pour les huitièmes de finale d'un tournoi majeur. Séparés par deux titres majeurs dans leur extraordinaire course au GOAT, les trois légendes sont en lice pour le trophée de Roland Garros, mais pas sous le même angle.

Nadal et Djokovic n'ont pas encore perdu un seul set cette semaine à Paris, passant au quatrième tour sans rencontrer d'obstacle plus difficile et restant sur la voie de l'affrontement en demi-finale.

Contrairement à ces deux-là, Roger Federer se trouve dans une situation différente : il ne joue que son troisième tournoi après l'Open d'Australie de l'an dernier et tente de retrouver la forme et l'élan avant son swing sur gazon bien aimé.

Deux mois avant de fêter ses 40 ans, Roger est devenu le joueur le plus âgé à atteindre le quatrième tour d'un tournoi majeur depuis Ken Rosewall en 1978, en battant Dominik Koepfer en quatre sets serrés après trois heures et 35 minutes.

Après le match, Federer a déclaré qu'il aimerait bien être dans la peau de Nadal ou de Djokovic, car il ne sait pas comment son genou réagirait après une rencontre aussi difficile et de loin son défi le plus difficile depuis un an et demi.

Roger Federer a rejoint Nadal, Djokovic dans la R4 de Roland Garros.

"C'est amusant d'une certaine manière de ne pas savoir, comme en 2017 quand je suis revenu ou quand personne ne sait vraiment, même moi je ne sais pas ce qui est possible.

Cela a un angle amusant, mais je préférerais que ce soit autrement. Je préférerais être à la place de Rafa ou de Novak en ce moment, où ils se disent : " Je me sens bien.

Si je joue bien, je gagne" . Je n'ai pas ce sentiment, donc pour moi, ce sont tous des tremplins vers quelque chose de significatif. C'est la saison, et c'est le retour. J'ai besoin de matchs comme ceux-ci.

Il est clair que je ne m'étais pas entraîné pendant trois heures et demie, parce que c'est toujours pousser à bout." " Je me suis entraîné autant que j'ai pu.

J'ai poussé autant que je le pouvais, autant que nous le jugions raisonnable. Le match d'aujourd'hui a été un grand pas en avant pour l'équipe et pour nous tous. Je ne m'attendais pas à gagner trois matchs ici et à confirmer ma bonne performance contre Cilic dans des circonstances complètement différentes ce soir.

Ce n'était pas facile pour moi. C'était beaucoup de premières fois pour moi - jouer contre Koepfer lors de ma première session de nuit ici à Paris, la première fois sans fans depuis longtemps, voire jamais dans ma carrière.

C'était certainement très unique à bien des égards, et je suis heureux d'avoir trouvé un moyen de gagner." "Aussi, surtout sur le plan émotionnel, comment gérer le fait de perdre le deuxième set ? Comment faire pour continuer à se surpasser, à se nourrir de l'énergie de l'équipe et à penser à tous ces gens qui regardent la télévision ? J'imaginais vraiment beaucoup de gens un samedi soir, en train de suivre le match et de regarder du tennis.

Donc, à bien des égards, je jouais aussi pour eux et j'essayais de m'en inspirer. Dominik était une noix dure à casser." "Il m'a fallu beaucoup de choses différentes, j'ai essayé plusieurs fois de le faire craquer.

Je pense que mon esprit de combat m'a permis de franchir la ligne cette fois. J'ai essayé très fort, et on doit aimer ce qu'on fait pour continuer. J'ai essayé d'être motivé et de voir ce que je pouvais faire.

Je savais que c'était un match important pour moi, pour me remettre sur pied après Cilic. J'étais sur le Court Central à Paris. C'est l'endroit où on rêve d'être étant petit garçon, et j'ai essayer de me le rappeler plusieurs fois.

J'apprécie les batailles comme celles-ci", a déclaré Roger Federer, qui s'est finalement retiré de Roland Garros considérant qu'il avait déjà poussé son corps à ses limites.