Rafael Nadal: "Je ressentais de la pression à Roland Garros, pas ici au Canada"



by   |  LECTURES 2460

Rafael Nadal: "Je ressentais de la pression à Roland Garros, pas ici au Canada"

Entrant dans la saison juste en dehors du top 50, Rafael Nadal est devenu le deuxième maillon le plus fort du tennis masculin à partir de 2005. Le jeune Espagnol a remporté deux titres sur terre battue en février de cette même année, tout en atteignant une autre finale au Masters 1000 de Miami et en perdant contre Roger Federer en cinq passionnants sets.

L’adolescent Nadal était sur une séquence fantastique à Monte-Carlo, en remportant quatre titres consécutifs et en dépassant un rival après l'autre sur la liste du classement ATP.

Avec deux couronnes de Masters 1000 et un Majeur sur son compte, Nadal est devenu le numéro 3 mondial après Roland Garros. Il a ensuite connu une courte campagne sur gazon à Halle et à Wimbledon avant de retrouver sa terre battue bien-aimée à Bastad et à Stuttgart.

Rafa a prolongé sa séquence de victoires sur la surface la plus lente pour ajouter quelques trophées à son parlmarès, en tant que numéro 2 mondial avant d’aller à Montréal, où il était tête de série.

Bénéficiant d'un repos bien mérité avant le Canada, Nadal était parmi les joueurs à battre dans la quête de son premier titre notable sur court dur. Il avait lancé sa campagne en affrontant son compatriote et ami Carlos Moya.

Rafa a battu Carlos par 6-3, 6-7, 6-3 en deux heures et 38 minutes.

Bien qu'il n'ait fait face qu'à un seul point de break et qu'il n'ait jamais perdu de service, Nadal a dû travailler dur pour assurer le triomphe, perdant 13 occasions sur 15 et échouant à gagner un point au tie-break du deuxième set.

Recommençant tout, le jeune joueur avait pris un break dans le set décisif pour se retrouver au dessus. Après le match, Nadal a dit qu'il avait ressenti de la pression à Paris, ce qui n'était pas le cas à Montréal malgré le fait qu'il était la tête de série et parmi les favoris du titre.

"Carlos Moya est un bon joueur; je savais que ce ne serait pas facile. J'ai eu beaucoup d'occasions dans les sets deux et trois, tout en étant incapable de convertir beaucoup d’entre elles afin de terminer le travail plus tôt.

Nous nous entraînons toujours ensemble à Majorque et il est mon meilleur ami sur le Tour. Il était vital pour moi de travailler avec le top 10 en tant que junior. Je suis généralement excellent pour convertir les chances de break, mais cela n'a pas fonctionné aujourd'hui.

Carlos a bien servi tout en faisant face à des occasions de break. Je n'étais pas assez agressif, ne saisissant que deux opportunités car je ne le mettais pas assez sous pression. Je ne ressens pas la pression d’être une tête de série supérieure.

Je veux toujours gagner tous les matchs de chaque tournoi. Je sentais la pression à Roland Garros, pas ici au Canada. Le premier match n'est jamais facile et je suis finalement content de la façon dont j'ai joué.

Carlos et moi avons partagé l'avion et nous savions que nous allions jouer l’un contre l’autre au premier tour. Les victoires précoces vous donnent confiance et cela devrait m'aider lors des prochaines rencontres", avait alors déclaré Rafael Nadal.