Le président de la RTF, Shamil Tarpischev, remercie Rafael Nadal et Novak Djokovic.



by   |  LECTURES 743

Le président de la RTF, Shamil Tarpischev, remercie Rafael Nadal et Novak Djokovic.

Le président de la Fédération russe de tennis, Shamil Tarpischev, est reconnaissant à Rafael Nadal et Novak Djokovic d'avoir publiquement critiqué la décision de Wimbledon. Lorsque Nadal et Djokovic ont été interrogés sur la décision de Wimbledon d'imposer des interdictions aux joueurs russes et biélorusses, ils ont déclaré qu'ils ne la soutenaient pas.

"Le soutien des meilleurs joueurs [de tennis] est toujours nécessaire. Les joueurs [anglais] et la fédération [russe] sont reconnaissants envers tous les joueurs qui ont déjà pris la défense de nos athlètes qui n'ont pas été autorisés à participer [à Wimbledon].

À mon avis, tous les joueurs de haut niveau devraient nous soutenir et défendre ainsi le principe de compétition dans le monde du tennis", a déclaré Tarpischev, selon btu.org.ua.

Nadal, Djokovic contre la décision de Wimbledon

Nadal et Djokovic ont tous deux utilisé le mot "injuste" pour parler de la décision de Wimbledon.

"Je pense que c'est très injuste pour mes camarades de tennis russes, mes collègues. En ce sens, ce n'est pas de leur faute ce qui se passe en ce moment avec la guerre", a déclaré Nadal à Madrid.

Après avoir qualifié la décision de Wimbledon d'"injuste", Djokovic a expliqué en détail pourquoi il ne soutient pas cette décision. "Je ne soutiens pas cela, j'ai grandi avec des sanctions, je sais ce que l'on ressent lorsque le monde vous voit différemment, parce qu'une mauvaise image a été créée", a déclaré Djokovic.

"J'ai été victime de cela, comme beaucoup de Serbes. Je suis un enfant de la guerre, je sais ce que c'est que de perdre des proches, certains souffrent encore à cause de tout cela. Je serai toujours contre cela.

La politique existe dans le sport, vous avez des structures politiques dans l'organisation. Je parle d'instances supérieures d'ingérence politique. Je maintiens ce que j'ai dit. Il n'y a pas besoin de suspendre un athlète, pas seulement un joueur de tennis.

Je ne vois pas en quoi ils affectent la guerre. Nous avons une règle dans le tennis sur l'interdiction de la discrimination, qui parle de la règle de classement de la non-nationalité. Wimbledon a violé cette règle, l'ATP s'est exprimée."