Rafael Nadal : "La décision de Wimbledon est injuste envers mes collègues, mais..."



by   |  LECTURES 2222

 Rafael Nadal : "La décision de Wimbledon est injuste envers mes collègues, mais..."

Rafael Nadal est de retour sur le court après sa blessure et fait ses débuts sur terre battue. En raison d'une fracture de stress aux côtes lors de la demi-finale d'Indian Wells, le champion espagnol a décidé de s'arrêter pendant deux mois, sautant ainsi le début de la saison européenne sur terre battue.

Pour faire son retour, le vainqueur de vingt et un titres du Grand Chelem a choisi le Mutua Madrid Open. Lors de la conférence de presse qui a anticipé le premier match (avec le vainqueur entre Kecmanovic et Bublik), Nadal n'a pas pu éviter le thème des dernières semaines : l'exclusion des joueurs de tennis russes et biélorusses du tournoi de Wimbledon.

Après des semaines de silence, le numéro quatre mondial a décidé de donner son avis sur ce choix des organisateurs du Chelem anglais : "Cela semble très injuste envers les joueurs, mes collègues"


Rafael Nadal : "Wimbledon ? Injuste envers mes collègues"

Nadal a ensuite ajouté : "Il y a peu de choses qu'ils peuvent faire. Je ne sais pas quelle est leur faute dans ce qui se passe en ce moment avec la guerre.

Je suis vraiment désolé pour eux et j'aimerais que ce ne soit pas le cas. Lorsque le gouvernement prend des mesures, vous devez les suivre Dans ce cas, le gouvernement a donné une recommandation et Wimbledon a pris sa décision, la plus drastique possible.

C'est très injuste pour eux, mais ce qui se passe dans notre sport n'a pratiquement aucune importance quand il y a tant de gens qui meurent et qui souffrent." Une autre question que Nadal à été demandé de traiter est celle des sanctions pour les joueurs de tennis, qui sur le court donnent lieu à de plus en plus de comportements antisportifs.

"Les temps et les personnalités changent, mais il y a des limites qui ne peuvent être dépassées. Mettre en danger la santé des juges de ligne ou des ramasseurs de balles, c'est franchir une ligne trop critique", a déclaré Rafa Nadal, qui fait notamment référence au geste de Zverev à Acapulco.

Il a ajouté : "Dans ce sens, je crois qu'il est vrai que les sanctions ont été peu nombreuses et sévères dans les trois ou quatre premières situations de l'année.

Il y a quelques semaines, une lettre privée a été envoyée aux joueurs dans laquelle il était prévenu qu'à partir de maintenant, les comportements extrêmes seraient pénalisés de manière plus drastique. Je comprends les frustrations, mais les joueurs vont y réfléchir davantage."