Quand Rafael Nadal usait de son "pouvoir" pour "sanctionner" un arbitre



by   |  LECTURES 2765

Quand Rafael Nadal usait de son "pouvoir" pour "sanctionner" un arbitre

"Je vais demander à ce que tu ne m’arbitres plus jamais", ce furent les mots de Rafael Nadal à l’endroit d’un arbitre qui a eu la malchance de l’avertir à Roland Garros.

A l’Open d’Australie 2022, Rafael Nadal a affirmé à plusieurs reprises qu’aucun joueur n’était plus grand ou plus important que le tournoi, mais le Majorquin a déjà montré qu’il se voyait peut-être très important au moins à Roland Garros.

L’incident récent avec Denis Shapovalov nous a rappelé un épisode qui s’est déroulé à Roland Garros 2015, lorsqu’un arbitre a osé avertir le Roi de la terre battue pour avoir mis trop de temps à servir, conformément au règlement.

Rafa possédait alors 9 titres de Roland-Garros à son compteur et avait alors estimé que l’arbitre lui manquait de respect en l’avertissant pour sa lenteur. Le champion espagnol a donc réglé ses comptes d’abord sur le court, montrant ainsi et inévitalement qu’il n’était pas "n’importe qui"

"Est-il mieux de casser des raquettes ou de prendre cinq ou six secondes supplémentaires ? Est-ce un meilleur exemple pour les enfants? Je ne crois pas. Je vais demander à ce que tu ne m’arbitres plus jamais", avait menacé Rafa en parlant à l'arbitre de chaise.

En conférence de presse l’Espagnol s’était davantage expliqué : "J’ai beaucoup de respect pour lui et je pense que c’est un très bon arbitre, mais je pense que quand tu as un problème avec quelqu’un, le mieux, c’est de rester éloigné de lui pendant un certain moment, non? C’est mieux pour nous qu’on s’évite pour le moment", Il a ensuite mis sa menace sur le court à exécution en faisant une requête auprès des dirigeants de l'ATP, visant à faire punir l’arbitre.

Il n’a pas pu empêcher l’arbitre d’exercer, mais a au moins réussi à l’écarter de tous ses matchs pendant un certain un temps. Il se trouve que l’arbitre du match entre Rafael Nadal et Fabio Fognini à Roland Garros 2015 – match perdu par l’Espagnol – n’était nul autre que Carlos Bernardes, soit la même personne qui a arbitré le match de quart de finale entre Shapovalov et Nadal à l’Open d’Australie 2022.

C’est donc un coïcidence incroyable qui nous apprend que l’arbitre connaît assez bien les problèmes de lenteur de l’Espagnol, et qu’il ne souhaitait certainement pas participer à un nouveau drame, comme à Roland Garros 2015.

"Denis à tort, je ne pense pas recevoir un traitement de faveur", a répondu Rafa à Shapovalov qui l’a accusé d’avoir cassé son rythme et d’être favorisé sur le court.

Novak Djokovic n’avait pas apprécié le comportement de Rafa

Suite au drame entre Nadal et l’arbitre Bernardes en 2015 à Roland Garros, Novak Djokovic avait été interrogé afin qu’il donne son avis sur la question.

"Je ne pense pas que ce soit fair-play. Les arbitres sont humains, ils font aussi des erreurs. Il y a peut-être des périodes où ils sont moins en confiance. Et ils ont aussi une grosse pression sur eux, par exemple pour faire appliquer la limite de temps avant de servir", avait répondu le Serbe en conférence de presse.