Daniil Medvedev : " Le changement arrivera quand Federer et Nadal se retireront"



by   |  LECTURES 3254

Daniil Medvedev : " Le changement arrivera quand Federer et Nadal se retireront"

Daniil Medvedev pense que les vrais changements se produiront lorsque Rafael Nadal et Roger Federer prendront leur retraite et lorsqu'il y aura de nouveaux fans qui n'ont pas eu la chance de voir Federer et Nadal.

Nadal et Federer sont parmi les plus grands joueurs de l'histoire du tennis et ils sont la référence en matière de réussite. "Je pense que le plus dur pour la jeune génération, c'est que nous avions Roger et Rafa, qui sont probablement l'un des sportifs les plus fair-play de toute l'histoire du sport, et ils jouaient tous les deux ensemble, et ils ont tous les deux gagné des titres incroyables.

Maintenant, quand quelqu'un dans le tennis n'est pas comme ça, les gens ont tendance à ne pas l'aimer et à dire "Comment se fait-il que tu ne sois pas comme Roger et Rafa ? Devinez quoi, tout le monde est différent", a déclaré Medvedev, selon le site Internet des finales de la Coupe Davis.

"Je pense qu'au moment où ils prendront leur retraite et qu'il y aura de nouveaux fans qui n'ont pas vu Roger et Rafa en direct, c'est à ce moment-là que les gens aimeront d'autres protagonistes que ceux-là"


Medvedev aime ressentir des choses fortes sur le court

Medvedev est quelqu'un qui s'épanouit lorsqu'il a le public contre lui. Medvedev a admis qu'il avait adoré battre Pablo Carreno Busta lors de la victoire de la Russie sur l'Espagne en finale de la Coupe Davis à Madrid.

"C'est un jeu que je ne fais pas exprès. Tout ce que je fais, surtout sur le court encore plus que dans la vie, ce sont des émotions pures", a expliqué Medvedev. "Sur un court de tennis, il y a beaucoup d'adrénaline qui circule.

Je déteste perdre. J'ai moins de temps et moins de force en moi pour m'arrêter et réfléchir. Alors, je me laisse guider par mes émotions, ce qui est parfois bon, parfois mauvais. Lorsque l'on joue un match de tennis, on est seul sur le terrain.

Il y a 20 000 personnes, parfois pour vous, parfois contre vous, parfois 50/50. Si je fais quelque chose pour les provoquer, ce n'est en fait pas pour les rendre furieux ou tristes ou encore contre moi. C'est quelque chose que je ressens à ce moment-là. On voit ça dans tous les sports"