Rafael Nadal : " J'ai le plus grand respect pour la décision de Simone Biles"



by   |  LECTURES 1751

Rafael Nadal : " J'ai le plus grand respect pour la décision de Simone Biles"

Rafael Nadal a réussi à avoir une très longue carrière au plus haut niveau. Il l'a fait aussi grâce à sa résilience et à sa force mentale : ce n'est pas un hasard si Rafa, l'un des plus grands sportifs de tous les temps, a aussi basé sa carrière sur sa force mentale et sa volonté, aujourd'hui on parle beaucoup de gestion de la pression et des problèmes mentaux.

L'ancien numéro 1 mondial, qui a joué son dernier match à Washington, se prépare à revenir sur le court à l'ATP du Canada cette semaine. Après la défaite en demi-finale à Paris contre Novak Djokovic, le physicien a obligé l'Ibère à s'arrêter pendant deux mois pour recharger ses batteries et éviter les blessures.

Le 20 fois champion du Grand Chelem a donc renoncé à Wimbledon et aux Jeux olympiques de Tokyo, qui ont couronné Alexander Zverev en finale face à Karen Khachanov.
L'objectif de Rafa est d'être à 100% de sa forme pour le début de l'US Open, où il partira à la chasse à son cinquième titre.

Lors d'une conférence de presse avant ses débuts à Washington, Nadal a abordé la délicate question de la santé mentale. Ce sujet a occupé le devant de la scène pendant les Jeux de Tokyo, notamment en raison des expériences de Naomi Osaka et de la gymnaste Simone Biles.

Les mots de Rafael Nadal sur Simone Biles

Rafa a déclaré : "J'ai le plus grand respect pour la décision de Simone Biles. Lorsque vous avez lutté toute votre vie pour que vos rêves deviennent réalité, il peut y avoir des moments où vous ne vous sentez pas prêt.

Simone a obtenu des résultats extraordinaires au cours de sa carrière et je suis sûr qu'elle retrouvera bientôt son meilleur niveau. Si elle n'en a pas envie pour l'instant ou si elle n'a pas l'esprit de compétition, pourquoi devrait-on l'y obliger ?" Rafa est également revenu sur son renoncement à Wimbledon et aux Jeux olympiques : "C'est mon corps qui a pris cette décision.

Si j'avais pu choisir librement, je n'aurais jamais manqué deux dates aussi importantes. J'ai eu un problème au pied après Roland Garros et je n'ai pas pu m'entraîner pendant 20 jours."