Djokovic : "Quand j'ai commencé à jouer, Roger Federer avait déjà…"



by   |  LECTURES 4801

Djokovic : "Quand j'ai commencé à jouer, Roger Federer avait déjà…"

Ce n'est pas un mystère que Roger Federer, Rafael Nadal et Novak Djokovic se sont améliorés. Leur rivalité est au cœur du circuit masculin (et peut-être du tennis en général) depuis une décennie et demie, étant donné que les joueurs du Big 3 se sont partagé 58 titres impressionnants du Grand Chelem.

Le Serbe de 33 ans a été le dernier joueur de tennis dans l'ordre chronologique à remporter un Majeur, après avoir remporté l'Open d'Australie pour la neuvième fois de son incroyable carrière.

Le numéro 1 mondial s’est ainsi placé à deux titres derrière ses deux rivaux dans le classement du Grand Chelem. Nole n'a remporté son premier Grand Chelem qu'en 2008, cinq ans après le premier succès du roi Roger et trois ans après le premier succès de Nadal à Roland Garros.

Djokovic a répété à plusieurs reprises qu'il voulait battre les records de Roger et Rafa, un objectif qui est à portée de main étant donné qu'il est le plus jeune des joueurs du Big 3.

Dans une longue interview rapportée par TennisHead, Novak a fait savoir qu’il espérait que cette rivalité se poursuivra encore longtemps.

Djokovic au sujet de sa rivalité avec Federer et Nadal

"Ces deux gars ont été mes plus grands rivaux", a déclaré Novak Djokovic en citant TennisHead.

"Rafael Nadal et moi avons joué l'un contre l'autre plus que deux autres joueurs dans l'histoire du sport. Nous avons joué je pense 55 fois, ou peut-être plus – je ne suis pas vraiment sûr.

J'ai également joué contre Roger Federer près de 50 fois. J'ai senti qu'il y avait une rivalité et une intensité dans la rivalité dès le début. Depuis 15 ans, nous nous poussons à bout et nous nous améliorons mutuellement ».

Djokovic a dit que la rivalité est vitale pour la compétitivité dans le tennis et pour juger où en est votre jeu. Il a ajouté : «Nous avons besoin des rivalités parce que nous devons nous mesurer d'une certaine manière.

Comment je me porte ? Comment va mon plus grand rival ? S'il se débrouille bien, cela m'inspire en fait. Cela me motive. Quand j'ai commencé à jouer, Roger avait déjà plusieurs chelems.

Rafa aussi, et ils m'ont donné des coups de pied dans le cul pendant les cinq premières années. Je perdais la plupart de mes matchs contre eux, en particulier les grands (matchs). Et puis cela a changé au fur et à mesure que nous nous affrontions, et nous continuons à aller de l'avant après tant d'années.

Je veux que ces gars continuent à jouer, car ils sont sans aucun doute l'une des plus grandes sources de ma motivation ». Dans un court message vidéo, qu'il a partagé sur ses comptes de médias sociaux avant de s'envoler pour les Emirats, Federer avait déclaré : «Nous voici donc sur le point de décoller, envol pour Doha».