Novak Djokovic pourrait faire son retour à Indian Wells


by   |  LECTURES 3117
Novak Djokovic pourrait faire son retour à Indian Wells

Pour la première fois depuis sa défaite en huitièmes de finale à l’Open d’Australie face à Hyeon Chung, Novak Djokovic s'est confié à la presse - précisément au quotidien français Le Parisien - pour commenter les changements qui vont probablement bouleverser l’histoire de la Coupe Davis. Opéré au coude en Suisse il y désormais un mois, le Serbe a d'abord offert un éclairage sur ses plans en vue des prochaines échéances sur le Tour. Il a notamment confirmé la rumeur, diffusée ce jeudi par novosti.rs, sur le fait d'avoir rejoint son coach Andre Agassi à Las Vegas, histoire de préparer son retour dès le Masters 1000 d’Indian Wells (5-18 mars). Nole va se soumettre à de nouveaux contrôles au début de la semaine prochaine mais son pari est tout de même surprenant, compte tenu des propos de son père Srdjan au sujet d'une rentrée initialement programmée au mois de mai à Madrid.

 

Vivaaaa Las Vegas, baby. Idemo 🕺

Une publication partagée par Novak Djokovic (@djokernole) le

Djokovic a voulu ensuite démentir toute implication dans la société Kosmos (gérée par le footballeur Gerard Piqué), à l'origine du projet d'un nouveau format pour la Coupe Davis : 18 équipes nationales engagées dans un tournoi en l'espace d'une semaine, à disputer au mois de novembre. “Je ne fais absolument pas partie du groupe de bénéficiaires derrière ce projet", a-t-il déclaré, "Je ne suis pas en business avec Piqué ou ses partenaires. En tant que président du conseil des joueurs et comme quelqu’un qui tient à ce sport, j’essaie juste d’aider. (...) Peut-être [mon nom a été associé à l’affaire] parce que j’ai fréquemment été en contact avec Piqué, un ami, et parce que je suis le président du conseil des joueurs. J’ai été impliqué dans ces discussions. Mais c’est tout”.

Dans tous les cas Djokovic s’est dit enthousiaste du projet, contrairement à de nombreux représentants du tennis français : “On veut tous jouer pour notre pays, mais ça fait des années que je dis que le format actuel ne fonctionne pas. La preuve, les meilleurs joueurs sont de plus en plus rares à participer régulièrement. Je l’ai fait pendant des années, j’y suis allé après avoir atteint les derniers tours en Grand Chelem. A chaque fois tu te dis que ce n’est pas raisonnable. Changer le format de la Coupe Davis est une décision que beaucoup attendaient (...) Le tennis peut être très conservateur, et je sais que certains pays sont réticents à n’importe quel changement. La Coupe Davis est une épreuve historique, a des racines profondes qu’on respecte mais elle a besoin d’innover, de s’améliorer (...) Je respecte tous ceux qui ont laissé un héritage dans notre sport, mais d’autres progressent et on doit s’y mettre, saisir les opportunités”.