Novak Djokovic : " Nous devons augmenter le nombre de joueurs qui vivent du tennis "

Novak Djokovic pense que le tennis doit s'améliorer au niveau de ses plus profondes bases.

by Khalil Semlali
SHARE
Novak Djokovic : " Nous devons augmenter le nombre de joueurs qui vivent du tennis "
© Getty Images Sport / Adam Pretty

Novak Djokovic pense que le tennis doit s'améliorer mais pas en changeant le format des cinq sets imposé au niveau des Grands Chelems car selon lui, ce format permet de rendre les match plus pimentés que jamais mais il n'est pas contre le progrès et les améliorations : " Je pense qu'il faut conserver la formule des cinq sets, surtout dans les trois ou quatre derniers tours des tournois du Grand Chelem, mais si nous pensons à l'innovation dans le tennis, dans notre sport, elle est nécessaire.

Nous devons, au-delà des tournois du Grand Chelem, trouver le moyen d'attirer un public jeune. D'une certaine manière, le tennis est en excellente position, mais en même temps, si vous regardez des sports comme la Formule 1 et ce qu'ils ont fait en termes de marketing, je pense que les deux circuits doivent faire mieux en termes de croissance de notre sport.

Les tournois du Grand Chelem se porteront toujours bien. Nos circuits doivent s'améliorer. Nous avons la chance d'être un sport mondial et historique. L'une des études réalisées par la PTPA il y a trois ans a montré que le tennis est le troisième ou quatrième sport le plus populaire au monde, le plus regardé, après le cricket.

Le numéro un est le football, le deuxième le basket-ball, puis il y a le tennis et le cricket. Cependant, en termes d'opportunités commerciales et de capitalisation de cette popularité, le tennis n'arrive qu'en neuvième ou dixième position sur la liste.

La marge de progression est énorme. Nous sommes divisés en tant que sport, mais il y a des choses que nous pouvons examiner collectivement et améliorer. "

Les joueurs doivent pourvoir vivre de leur sport

Le Serbe milite activement pour que les joueurs les moins bien classés puissent vivre de leur sport, Maxime Janvier est le tout dernier exemple de la précarité que vivent les joueurs en dehors du top-100 : " Nous devons augmenter le nombre de joueurs qui vivent de ce sport.

Je vois très rarement des articles dans la presse sur le fait qu'il n'y a que 350 ou 400 joueurs, hommes, femmes, en simple et en double, qui vivent de ce sport. Pour moi, c'est préoccupant. Nous parlons beaucoup du fait que le vainqueur d'un tournoi du Grand Chelem reçoit ceci ou cela.

L'accent est toujours mis sur le grand prix, mais qu'en est-il des fondements ? Le travail dans ce sens est médiocre, très médiocre. "

Novak Djokovic
SHARE