"Novak Djokovic était prêt à s'en tenir à cela", déclare la légende de l'ATP

Novak Djokovic restant fidèle à ses convictions

by Veronique Martin
SHARE
"Novak Djokovic était prêt à s'en tenir à cela", déclare la légende de l'ATP

Novak Djokovic a triomphé pour la dixième fois à l'Open d'Australie, réalisant les pronostics de la veille et montrant qu'il est toujours le plus fort. En plus d'avoir dépassé Rafael Nadal au sommet du classement de tous les temps du Grand Chelem, "Nole" est revenu au sommet du classement mondial, renversant Carlos Alcaraz du trône.

La star Serbe a confirmé avoir un feeling particulier pour le "Happy Slam", où il n'a plus perdu depuis 2018. Le Belgradois de 35 ans n'a perdu qu'un set pendant le tournoi et les seules inconnues étaient liées à sa condition physique.

Novak a disputé l'Open d'Australie avec une blessure à l'ischio-jambier gauche, qu'il avait subie lors de la demi-finale de l'ATP d'Adélaïde contre Daniil Medvedev. Le protégé de Goran Ivanisevic n'a pas brillé lors de la première semaine de l'Open d'Australie, mais son niveau est monté en flèche dès le huitième tour.

En marge du tournoi, le directeur de l'AO Craig Tiley a révélé que le Serbe jouait avec une déchirure de trois centimètres à la cuisse gauche. Liam Broady, numéro 178 actuel du classement ATP, a exprimé son opinion sur la blessure de Novak Djokovic sur Twitter : "Ma sœur joue avec une entorse à la cuisse depuis longtemps, donc je ne remets pas en question l'étendue de la blessure de Novak.

D'un autre côté, je trouve étrange que Craig Tiley ait divulgué des informations médicales privées sur Djokovic avant lui. S'il a réussi à dominer l'Open d'Australie malgré une déchirure musculaire comme l'a dit Tiley, c'est vraiment incroyable."

Connors parle de Novak Djokovic

L'ancien joueur de tennis Américain Jimmy Connors a défendu Novak Djokovic pour son refus de prendre le vaccin contre le COVID-19.

"Le gars a défendu ses convictions, bonnes ou mauvaises, certaines personnes vont dire qu'il se déplace vers la gauche, l'autre va continuer à se déplacer vers la droite? Mais il a défendu ses convictions et il était prêt à s'en tenir à cela , au point d'être banni du jeu.

C'est brutal. Je peux m'identifier, j'ai été exclu. Vous savez, depuis Roland-Garros et en jouant à des tournois et des trucs comme ça. Alors, que diable, allez-y et faites votre travail quand c'est le seul moyen de vous venger.

Et je déteste dire ça parce que ça sonne comme "oh mon dieu, il est en colère", je ne suis pas en colère. Je sais juste combien de ces personnes lui ont craché dessus l'année dernière et ils sont derrière lui maintenant."

Novak Djokovic
SHARE