Novak Djokovic furieux contre Eurosport : "Ils sont en train de me lyncher"



by   |  LECTURES 9608

Novak Djokovic furieux contre Eurosport : "Ils sont en train de me lyncher"

Novak Djokovic s'est plaint au média Eurosport, qu'il est lynché publiquement à cause de l'affaire des toilettes dont il a été accusé lors de l'Open d'Australie 2023. Pendant le défi contre Carballes Baena, Nole a dit à l'arbitre qu'il avait besoin d'aller aux toilettes.

Les commentateurs télé Mark Petchey et John Fitzgerald ont remis en question le besoin de Djokovic d'aller aux toilettes si tôt dans le match. Un message d'Eurosport indique : "Novak Djokovic a défié l'arbitre pour faire une pause pipi en début de match lors de son premier match à l'Open d'Australie".

Novak Djokovic furieux contre les médias d'Eurosport.

Djokovic a répondu à Eurosport, exhortant la chaîne à vérifier ses informations avant de poster quelque chose de moralisateur et de faux : "Une fois de plus, j'ai été mis dans une situation où je dois réagir publiquement.

Pour la deuxième fois en six mois, j'ai un problème avec Eurosport, qui a engagé une nouvelle société à Londres pour gérer ses médias sociaux. Il me semblait qu'il y avait encore quelqu'un qui faisait ces erreurs et ils me l'ont confirmé.

Je ne me souviens pas exactement des détails de ce qui s'est passé il y a six mois, mais à l'époque, j'ai déclaré que je ne donnerais plus d'interviews à Eurosport. Ils m'ont présenté leurs excuses par la suite et tout s'est arrangé ; mais voilà qu'à nouveau Eurosport met l'accent sur quelque chose de complètement sorti de son contexte."
Novak a ensuite ajouté : "Après ma réaction par l'intermédiaire des membres, Eurosport a supprimé les messages publiés, y compris le dernier.

Oui, il est vrai que j'ai donné une interview à Barbara Schett, qui s'est excusée personnellement. Ils m'ont dit avoir également contacté Boris Becker et Mats Wilander, qui travaillent pour Eurosport.

Je n'ai rien contre eux, j'aime Eurosport et j'aime le sport en général : J'ai admiré le ski sur Eurosport toute ma vie, mais ces situations sont agaçantes. Dans notre organisation, il doit y avoir un système de protection des premiers joueurs, quelqu'un qui réagit et fait quelque chose lorsque certaines choses se produisent.

Je suis une cible très facile à dépeindre comme le méchant. C'est ainsi qu'on me dépeint, c'est normal pour moi maintenant, mais je ne tolère pas l'injustice." "Je peux tolérer certaines choses, d'autres non.

Ce n'est pas juste qu'ils se comportent de cette façon et qu'ils s'en tirent juste parce que c'est autorisé. En général, je ne réagis pas comme ça, même si j'aurais pu réagir des milliers de fois à des choses diverses et variées qui me sont arrivées dans le passé.

Dans ce cas, cependant, ils sont allés trop loin. Personne ne s'est excusé publiquement auprès de moi. Le feront-ils ? Je ne le crois pas. Eurosport diffuse l'Open d'Australie, c'est l'une des plus grandes chaînes sportives du monde.

Ils pourraient présenter des excuses publiques. Les deux fois où il y a eu ces situations désagréables, la première fois il y a six mois, ils se sont toujours excusés auprès de moi en privé, mais les gens ne le savent pas.

Seuls moi et les personnes concernées le savent. Car comme je viens de le dire, la plupart des fans qui suivent le tennis n'en entendront jamais parler." "Ils penseront que la réalité des faits est toujours celle dans laquelle je suis le méchant qui a défié l'arbitre, qui est allé aux toilettes sans respecter les règles.

Donc une fois de plus, encore une fois, j'ai été dépeint comme celui qui se comporte comme il veut, pour qui les règles n'ont aucune valeur ; ce qui est complètement faux. J'ai expliqué exactement ce qui s'est passé grâce aux posts que j'ai fait sur mes comptes sociaux.".

Nole a également déclaré : "Encore une fois, je pose publiquement une question : pourquoi l'ATP ou le Grand Chelem ne se sont pas manifestés pour expliquer la situation, alors qu'ils voient que les médias me lynchent publiquement ? Cela s'est produit tout le temps, il y a eu beaucoup de situations de ce genre, mais au bout du compte, rien, c'est la même chose.

En fin de compte, si nous sommes membres de ce Tour, il doit sûrement y avoir une responsabilité envers les joueurs, une sorte de protection. Mais non, vous faites ce que vous voulez et vous rôtissez tout ce que vous voulez dans les médias, tandis que nous restons silencieux."