Novak Djokovic : "J'ai eu la chance de faire partie de ce sport".



by SARAH AIT SALAH

Novak Djokovic : "J'ai eu la chance de faire partie de ce sport".

Novak Djokovic a beaucoup moins joué que prévu cette saison. Sa décision de ne pas se faire vacciner contre le coronavirus a eu des répercussions négatives tant sur son calendrier que sur son image.

Le phénomène serbe a été contraint de manquer deux Chelems, l'Open d'Australie et l'US Open, en plus d'être au centre d'un cirque médiatique. Pour la même raison, l'ancien numéro 1 mondial a également dû manquer tous les Masters 1000 nord-américains (Indian Wells, Miami, Montréal et Cincinnati) et a dégringolé au classement ATP.

Après sa désillusion à Roland Garros, Novak s'est racheté en triomphant à Wimbledon pour la septième fois de sa carrière. En plus d'égaler son idole Pete Sampras, Novak a comblé l'écart qui le sépare de Rafael Nadal au classement des titres du Chelem.

Le protégé de Goran Ivanisevic ne sait toujours pas s'il pourra disputer l'Open d'Australie 2023, mais les signes annoncent un possible retour.
En conférence de presse lors de l'ATP de Tel Aviv, Djokovic a révélé sa stratégie pour rester au plus haut niveau.

"Il n'y a pas de secret ou de clé qui résoudra tous les problèmes", a commencé Djokovic. "Le succès vient d'une combinaison d'aspects liés à votre caractère : qui vous êtes, comment vous vous entraînez, quel est votre style de vie.

Tout cela contribue à l'image du succès. Je ne dis pas que cette formule est efficace pour tout le monde, mais elle a fonctionné pour moi", a ajouté le 21 fois champion du Grand Chelem. Lors d'une récente interview avec "The Pavlovic Today", son oncle Goran a fait quelques remarques intéressantes : "Cette année n'a pas été facile pour Nole, mais il n'a jamais perdu courage".

Djokovic jouera l'Open d'Astana.

Novak Djokovic est connu pour sa force mentale extraordinaire, une chose qui a contribué à le faire passer pour l'un des plus grands joueurs de tennis de tous les temps. "Je pense que cela a beaucoup à voir avec l'environnement dans lequel j'ai grandi.

Comme je l'ai déjà dit, j'ai grandi dans les années 90 en Serbie, avec des guerres, des sanctions et des moments difficiles à vivre. Mes parents ont beaucoup souffert juste pour pouvoir manger. J'ai eu la chance de faire partie de ce sport, qui n'est pas bon marché.

Je suis tombé amoureux du tennis et mes parents m'ont aidé, même si c'était extrêmement difficile pour eux", a déclaré Djokovic, cité par Punto de Break. "Cela vient du fait d'apprécier la vie et ce genre de circonstances, de savoir ce que cela fait de ne rien avoir et ensuite d'avoir tant de choses dans la vie.

Cela vous donne une perspective pour respecter tout ce qui vient avec une attitude plus positive et humble. Ce n'est pas toujours quelque chose qui m'aide, mais ça l'emporte quand je m'en sers", a-t-il ajouté.

Novak Djokovic