Un professeur révèle les motivations politiques de l'expulsion de Novak Djokovic.



by SARAH AIT SALAH

Un professeur révèle les motivations politiques de l'expulsion de Novak Djokovic.

L'ancien sous-secrétaire général des Nations Unies, Ramesh Thakur, a déclaré que les raisons de l'interdiction de Novak Djokovic en Australie étaient strictement d'ordre politique.

Djokovic, 35 ans, a bénéficié d'une exemption spéciale pour participer à l'Open d'Australie, mais il a ensuite été accueilli par les forces frontalières australiennes à son arrivée à Melbourne.

Après avoir vu son visa révoqué deux fois, le juge a ordonné l'expulsion de Djokovic d'Australie. M. Thakur, qui est aujourd'hui professeur émérite à la Crawford School of Public Policy de l'Université nationale australienne, a expliqué dans un article publié par le Brownstone Institute pourquoi Djokovic n'a pas été autorisé à participer à l'Open d'Australie plus tôt cette année.

"Comme l'a clairement montré une analyse de la BBC, cette décision n'était ni médicale ni juridique, mais politique. Un tribunal a annulé l'interdiction d'entrée pour des raisons de procédure et de fond.

Le gouvernement a ensuite contourné le système juridique en s'appuyant sur un pouvoir discrétionnaire ministériel qui avait délibérément été rendu non justiciable.

Reconnaissant que Djokovic présentait "un risque individuel négligeable de transmission du COVID-19" à d'autres personnes, le ministre a néanmoins conclu qu'en raison de la "position bien connue de Djokovic sur la vaccination", sa seule présence pouvait alimenter le sentiment anti-vaccination en Australie", a écrit Thakur pour le Brownstone Institute.

La politique a bloquée Novak.

Le professeur Thakur a suggéré qu'un Djokovic non vacciné remportant l'Open d'Australie serait un coup dur pour la propagande vaccinale en Australie. "Par conséquent, sa participation n'était pas dans l'intérêt du public.

Ainsi, Djokovic devait être tenu à l'écart de l'Australie, non pas parce qu'il pourrait infecter d'autres personnes, mais parce qu'il est un rappel visible de l'échec de la vaccination. Le gouvernement était terrifié à l'idée qu'un Djokovic deux fois infecté mais non vacciné, faisant étalage de ses prouesses athlétiques sur le court pour un 21e triomphe en Majeur, un record, puisse mettre un terme à l'escalade constante de la terreur du COVID", a ajouté Thakur dans son article.

Après avoir été expulsé d'Australie, Djokovic s'est vu imposer une interdiction d'entrer dans le pays pendant trois ans. Toutefois, Djokovic pourrait revenir plus tôt "dans les bonnes circonstances" et la semaine dernière, il a déclaré qu'il espérait être en Australie en janvier prochain.

Novak Djokovic