Novak Djokovic :L'histoire du visa australien m'a affecté quand j'ai commencé à jouer



by SARAH AIT SALAH

Novak Djokovic :L'histoire du visa australien m'a affecté quand j'ai commencé à jouer

Le numéro un mondial Novak Djokovic a admis qu'il avait "sous-estimé" l'état émotionnel dans lequel il se trouvait après la débâcle du visa australien. En Australie, Djokovic a peut-être vécu les jours les plus difficiles de sa carrière : son visa a été annulé deux fois et il a été détenu deux fois.

Après avoir perdu son deuxième appel pour le visa australien, Djokovic a été expulsé du pays. Lorsque Djokovic a finalement démarré sa saison, il était loin d'être à son meilleur niveau.

Dans une interview accordée à Tennis Channel, Djokovic a expliqué comment la saga australienne l'a affecté une fois qu'il a commencé à jouer. "Autant d'années que je suis sur le circuit et autant d'expérience que j'ai dans l'éco-système du tennis, à la fois sur et en dehors du court, en étant impliqué dans le conseil des joueurs, la politique et la presse.

Je me considère comme expérimenté dans toutes sortes de domaines qui font partie de ma vie. Pourtant, c'était quelque chose de totalement inattendu. Cela m'a donc affecté, plus mentalement et émotionnellement que physiquement", a déclaré Djokovic sur Tennis Channel, selon Sportskeeda.

Djokovic : j'étais plus nerveux que d'habitude

Djokovic a subi une défaite surprise contre Jiri Vesely à Dubaï, avant d'être assommé par Alejandro Davidovich Fokina à Monte Carlo.

À Belgrade, Djokovic a remporté trois matchs serrés avant de s'incliner en finale face à Andrey Rublev. "J'ai senti que je n'étais pas moi-même... un peu plus nerveux que d'habitude...

plus en mode défensif quand j'ai commencé à jouer officiellement. Il m'a fallu un peu de temps pour surmonter cela", a admis Djokovic. "J'essayais juste de comprendre les choses... de revenir à cet état optimal de corps, d'esprit et d'âme et d'aborder le prochain tournoi comme n'importe quel autre.

C'était mon état d'esprit, mais j'ai réalisé que j'avais besoin de jouer des matchs officiels pour gérer cela". Aussi, Djokovic a laissé entendre qu'il y avait une sorte de blocage mental qui l'empêchait d'aller jouer librement et de manière dominante.

"C'est difficile à expliquer. Je n'ai pas de mots pour le dire. Il y avait ce sentiment qui me retenait un peu, en particulier lors des deux premiers tournois... des premiers matches... Je me retenais un peu", a ajouté Djokovic.

Novak Djokovic