Novak Djokovic : "Nous avons une règle sur l'interdiction de la discrimination"

Djokovic assure que Wimbledon a violé les règles fondamentales du tennis.

by Sarah Ait Salah
SHARE
Novak Djokovic : "Nous avons une règle sur l'interdiction de la discrimination"

Andrey Rublev a triomphé à Belgrade, s'offrant ainsi le troisième tournoi de la saison. Après Marseille et Dubaï, le Russe soulève un nouveau trophée en s'imposant face à l'hôte, Novak Djokovic.

Le résultat final est de 6-2, (4) 6-7, 6-0 pour le Russe : pour conditionner le match, il fallait avant tout la condition physique du numéro un mondial, plié en deux dans le deuxième set à cause de la fatigue.

L'équilibre initial du premier set a été rompu au cinquième jeu : sur le service du Serbe, Rublev a réussi à atteindre 40-0 grâce à deux revers parfaits et à des seconds faibles de son hôte.

À un jeu tenu à zéro, le numéro huit mondial du tennis répond par un autre break, dirigeant le premier set vers sa fin précoce : 6-2 pour Rublev, après un peu plus d'une demi-heure de match.

Djokovic trop passif, trop loin de la ligne de fond, attendant les erreurs du Russe, qui ne sont pas arrivées dans le premier set.
Le deuxième set suit la trame du premier, du moins dans un premier temps. Dans le premier jeu, c'est un premier service au centre qui sauve le numéro un mondial, qui a évité le break après deux excellentes accélérations de Rublev.

Pris par l'élan , il parvient à voler le service, mais la contre-attaque du Russe est immédiate : même dans ces cas, il y a plus de démérites du propriétaire que de victoires de Djokovic.

De la frénésie des premiers jeux à la stabilité du match : aux jeux de Rublev, tenus avec sécurité surtout grâce au service, Djokovic répond, avec plus d'effort, mais Rublev réussi quand même ses coups.

Il y a notamment le neuvième jeu, où un revers long de ligne a porté le score à 40-40, faisant trembler Djokovic, mais l'idole locale n'a pas abandonné.

Djokovic est sur une lancée à l'Open de Serbie

Novak Djokovic a exprimé sa sympathie envers les athlètes russes et biélorusses actuellement touchés par la guerre Ukraine-Russie en cours, expliquant : "La politique existe dans le sport, vous avez des structures politiques dans l'organisation.

Je parle d'instances supérieures d'ingérence politique. Je maintiens ce que j'ai dit. Il n'y a pas besoin de suspendre un athlète, pas seulement un joueur de tennis", a déclaré Novak Djokovic.

"Je ne vois pas en quoi ils affectent la guerre. Nous avons une règle dans le tennis sur l'interdiction de la discrimination, qui parle de la règle du classement de la non-nationalité. Wimbledon a violé cette règle, l'ATP s'est exprimée."

Novak Djokovic Wimbledon
SHARE