Un réfugié en Australie remercie Djokovic pour avoir parlé d’eux et vouloir les aider



by SHYREM

Un réfugié en Australie remercie Djokovic pour avoir parlé d’eux et vouloir les aider

Le réfugié iranien Mehdi Ali a remercié Novak Djokovic pour avoir parlé des réfugiés détenus en Australie. Le visa de Djokovic a été annulé à deux reprises en Australie et, le Serbe a également été détenu à deux reprises dans un lieu de détention pour réfugiés et immigrés illégaux.

Djokovic a évoqué le temps qu’il a passé en détention lors de son entretien avec la télévision serbe RTS. Djokovic a refusé d’aller plus loin dans les conditions de détention qui lui ont été réservées, car il voulait davantage mettre l'accent sur ceux qui sont détenus dans cet endroit depuis des années.

Ali fait partie de ceux-là ; il est en détention en Australie depuis neuf ans. "Merci Novak Djokovic d'avoir parlé de nous et d'avoir essayé de trouver un moyen de nous aider, nous et d'autres qui souffrent", a tweeté Ali.

Djokovic au sujet des réfugiés en détention en Australie

"Je ne parlerais pas trop de moi [ma détention en Australie].

Les conditions étaient bien sûr difficiles. Je n'ai jamais rien vécu de tel dans ma vie et au cours de ma carrière. Mais c'était ça la situation et je devais l'accepter", a expliqué Djokovic à la RTS.

"J'aimerais parler (surtout) des personnes qui y sont détenues depuis bien plus longtemps que moi, certaines depuis neuf ans. Les sept jours que j'y ai passés n'étaient rien comparés à leurs neuf années de détention.

J'aurais aimé pouvoir les rencontrer, mais nous tous qui étions détenus à l'hôtel n'avions pas le droit de quitter nos chambres. Ils traversent une période très difficile, tout comme d'autres personnes partout dans le monde qui vivent dans la même situation.

Je vais essayer de trouver un moyen de les aider. La situation est loin d'être simple", a déclaré le champion serbe. Au cours de son entretien, Djokovic a confirmé qu'il n'était pas vacciné et a déclaré qu'il ne voulait pas prendre le vaccin covid-19, car il n’avait aucune idée sur comment cela affecterait son corps.

"En tant qu'athlète d'élite, je veux vérifier trois fois tout ce qui entre dans mon corps. Si quelque chose change à 0,5% dans mon corps, je le ressens. Je suis juste prudent avant de prendre des décisions (de ce type), je prends mon temps et je garde l'esprit ouvert. Je vais vivre avec les conséquences", a déclaré Djokovic.