Mouratoglou : " Novak Djokovic mérite le respect pour ses déclarations "



by SARAH AIT SALAH

Mouratoglou : " Novak Djokovic mérite le respect pour ses déclarations "

Le célèbre entraîneur de tennis Patrick Mouratoglou a admis qu'il s'attendait à ce que Novak Djokovic se fasse vacciner après ce qui s'est passé en Australie. Au contraire, comme il l'a répété il y a quelques jours à la chaîne de télévision BBC, le champion serbe est ferme dans ses convictions et refuse de s'administrer le vaccin COVID-19.

Dans l'interview diffusée par la télévision britannique, Djokovic a également déclaré qu'il était prêt à faire l'impasse sur les tournois qui introduiront la vaccination obligatoire et donc aussi sur les prochains chelems comme Roland Garros et Wimbledon.

Mouratoglou a déclaré que ceux qui restent fidèles à leurs convictions méritent le respect, en le disant dans un post publié sur son compte officiel Instagram : "Après ce qui s'est passé en Australie, je pensais qu'ensuite il dirait : "OK, vous savez, je peux être le plus grand de tous les temps, j'ai vraiment une grande chance pour cela, j'accepte de me faire vacciner, en plus si je le fais, les gens vont arrêter d'être contre moi, mais a pris le chemin inverse.

Je pense que quelqu'un qui reste fidèle à ses convictions, même si l'immense majorité des gens vont à son encontre, mérite un respect total, quelle que soit notre opinion sur la question."

Les mots de Djokovic à la BBC

Novak Djokovic, dans une interview accordée à la BBC, a également déclaré qu'il était déçu par la majorité de ses collègues joueurs de tennis : "Les quatre jours d'entraînement en Australie n'étaient pas normaux.

Je pouvais entendre le bruit des hélicoptères au-dessus de la Rod Laver Arena pendant chaque séance. Et puis j'ai été blessé par mes collègues. J'ai senti les regards sur moi de toutes les personnes présentes, je sais qu'ils ont été influencés par tout ce qui a été écrit et dit sur les réseaux sociaux." Au centre du débat se trouvait également l'interview de L'Equipe datée du 18 décembre, qui a fait couler beaucoup d'encre : "J'ai préféré ne pas l'annuler parce que le journaliste (Frank Ramella, ndlr) est une personne que je connais depuis longtemps et qui a une bonne relation avec moi.

Nous avions organisé la rencontre depuis un certain temps et je n'ai pas eu la force de refuser. Aurais-je dû être plus prudent ? Oui. Aurais-je dû les prévenir ? Oui. C'était mon erreur et je suis sincèrement désolé.

Si je revenais en arrière, je ne le referais pas en sachant que j'étais infecté à la COVID."

Novak Djokovic