Vasek Pospisil : Djokovic était prêt à rester chez lui, mais il a reçu une exemption



by   |  LECTURES 1071

Vasek Pospisil : Djokovic était prêt à rester chez lui, mais il a reçu une exemption

L’ancien numéro 25 mondial Vasek Pospisil était clairement mécontent après que les autorités australiennes aient privé Novak Djokovic de la posibilité de participer à l'Open d'Australie 2022, tournoi dont il estle champion en titre et le champion record.

Après avoir obtenu une exemption médicale pour l'Open d'Australie, Djokovic a atterri en Australie le 5 janvier. A son arrivée, Djokovic a vu son visa être annulé, avant qu’il ne soit lui-même placé en détention dans un lieu réservé aux immigrés illégaux.

Djokovic a fait appel de la décision et a été réintégré lundi après que le juge ait écarté d’un revers l’annulation du visa du joueur, acceptant que tout était parfaitement en règle pour permettre au No.

1 mondial de rester sur le territoire australien Le gouvernement australien n’a pourtant pas lâché prise. Etant déterminé à expulser le joueur de tennis, il s’est alors servi du pouvoir discrétionnaire du ministre de l’immigration en Australie (pouvant décider d'annuler un visa sans fournir des preuves de ses allégations) pour annuler à nouveau le visa de Djokovic sous de motifs d’ordre public.

Les juges n’étant pas habilité à questionner le bien fondé ou la sagesse de la décision du ministre (ce qui est légal en Australie), ont dû se plier à cette décision car, disent-ils, ils ne peuvent que contrôler la légalité de la décision.

Dimanche dernier, Djokovic a donc dû quitter le territoire australien. "Novak ne serait jamais allé en Australie s'il n'avait pas reçu une exemption de la part le gouvernement pour entrer dans le pays (d'où la décision initiale du juge Kelly d’annuler l’annulation du visa de Djokovic).

Il (Novak) aurait sauté l'Open d'Australie et serait resté à la maison avec sa famille et personne ne parlerait d’un tel gâchis. Il y avait un programme politique en jeu ici à cause des élections à venir, ce qui ne pouvait pas être plus évident.

Ce n'est pas sa faute. Il n’a pas pénétré de force dans le pays et n’y a pas ‘établi ses propres règles’ ; il était prêt à rester chez lui", a tweeté Pospisil.

Djokovic avait d’ailleurs décidé de sauter la Coupe ATP alors qu’il n’avai pas encore reçu d’exemption.

Djokovic a accepté la nouvelle avec dignité

"Je voudrais faire une brève déclaration pour aborder les résultats de l'audience d'aujourd'hui, je vais prendre maintenant un peu de temps pour me reposer et pour récupérer, avant de faire d'autres commentaires au-delà de cela", a dit le champion serbe dans un communiqué.

"Je suis extrêmement déçu de la décision de la Cour concernant ma demande de contrôle judiciaire de la décision du ministre d'annuler mon visa, ce qui signifie que je ne peux pas rester en Australie et participer à l'Open d'Australie.

Je respecte cependant la décision de la Cour et je coopérerai donc avec les autorités compétentes en ce qui concerne mon départ du pays. Je suis mal à l'aise du fait que l’attention des dernières semaines ait été centrée sur moi, et j'espère que nous pourrons tous à présent nous concentrer sur le jeu et tournoi que j'adore.

J’aimerais aussi souhaiter aux joueurs, aux officiels du tournoi, au personnel, aux bénévoles et aux fans tout le meilleur pour le tournoi." Le Serbe a également remercié sa famille ainsi que tous ceux qui l’ont soutenu.