John McEnroe : " Novak Djokovic a le droit de décider pour lui même"



by   |  LECTURES 1378

John McEnroe : " Novak Djokovic a le droit de décider pour lui même"

La saga qui a conduit Novak Djokovic à être expulsé d'Australie tient le haut de la scène depuis deux semaines. Les conséquences de cette triste histoire sont destinées à affecter le reste de la saison, à moins que le Serbe ne choisisse de se faire vacciner après cette mésaventure.

Le numéro 1 mondial n'a pas été autorisé à défendre son titre à l'Open d'Australie, ce qui l'a obligé à remettre à plus tard son dépassement de Roger Federer et de Rafael Nadal au classement de tous les temps dans les Majeurs.

Le Belgradois de 34 ans courait après son 10e sceau à Melbourne Park, le quatrième d'affilée. Bien qu'il ait gagné son premier appel devant le juge Anthony Kelly, le 20 fois champion du Grand Chelem a vu son visa annulé pour la deuxième fois par le ministre de l'Immigration Alex Hawke.

La Cour fédérale n'a pas retenu l'appel déposé par les avocats de Nole, qui ont dû quitter l'Australie quelques heures après la sentence.
Rappelons que Djokovic risque de ne pas pouvoir entrer dans le pays pendant trois ans, conséquence directe de l'exercice du pouvoir ministériel par Hawke.

Interviewé par ESPN, John McEnroe n'a pas hésité à donner son avis sur cette histoire.

McEnroe défend Novak Djokovic

"[C'est une] blague absolue ce qui s'est passé ces 12 derniers jours", a déclaré McEnroe.

"C'est triste la façon dont ça s'est terminé. Je l'ai vu se dérouler en direct. C'est de la pure folie. Si Novak Djokovic décide de ne pas se faire vacciner et que les autorités australiennes disent - 'vous ne pouvez pas aller là-bas, à moins que vous ne soyez vacciné' - fin de l'histoire, c'est noir sur blanc."

L'Américain a ensuite défendu le joueur de 34 ans pour avoir défendu ses opinions et a suggéré que ce trait de caractère l'a aidé à devenir l'un des plus grands joueurs de tennis.

"Il décide s'il veut le faire ou non", a poursuivi McEnroe. "Il a des convictions très fortes et il a le droit d'avoir ces convictions. Le gars l'a gagné neuf fois (l'Open d'Australie).

C'était courageux d'y aller, d'une certaine façon. Je dois lui reconnaître ça. J'ai sept titres majeurs, il en a 20. S'il en a beaucoup plus que moi, c'est parce qu'il est prêt à prendre ce risque, à aller là-bas.

On parle d'un homme qui était potentiellement sur le point de battre le record de Roger Federer et Rafael Nadal (20 titres du Grand Chelem masculin, que le Serbe partage avec ses rivaux) et qui était prêt à aller aussi loin - 'Je ne veux pas me faire vacciner mais je vais faire tout ce qu'il faut'", a ajouté McEnroe.

Le numéro un mondial visait un 10e titre à l'Open d'Australie, après avoir remporté les trois éditions précédentes de l'événement. Il est à égalité avec ses grands rivaux Rafael Nadal et Roger Federer avec 20 titres majeurs.