"Notre réputation ne sera plus jamais la même si Novak Djokovic est expulsé"



by   |  LECTURES 3694

"Notre réputation ne sera plus jamais la même si Novak Djokovic est expulsé"

Plusieurs personnalités du tennis se sont exprimés sur la situation de Novak Djokovic en Australie, avant que ne soit rendula décision de justice donnant raison au Serbe. Parmi elles, il y avait Paul McNamee, qui fut directeur de l’Open d’Australie.

L'ancien directeur du tournoi de l'Open d'Australie, Paul McNamee, a averti les Australiens que leur réputation de grande nation sportive pourrait prendre un sérieux sérieux si le No. 1 mondial Novak Djokovic venait à être expulsé du pays.

Le visa de Djokovic avait été annulé par les forces frontalières australiennes, mais Djokovic a fait appel de la décision avaoit d’obtenir gain de cause, ce lundi 10 janvier dernier, de la part du juge.

"Novak Djokovic, peut-être le plus grand athlète de la planète, est ici pour défendre son titre. Il a été approuvé par Tennis Australia, par le gouvernement de Victoria et le Premier ministre lui-même pour lui pemettre de venir ici.

Il a suivi nos règles. En cas d'expulsion, notre réputation en tant que grande nation sportive pourrait ne plus jamais être la même", a tweeté McNamee. "C'est la dernière chose que je dirai avant que le tribunal ne statue.

Je suis très mal à l'aise avec le fait que le joueur No. 1 mondial soit monté à bord d'un avion en ayant toutes les raisons de croire qu'il pourrait défendre son titre, pour ensuite être arrêté.

Mais, en tant qu'Australien, je respecte pleinement le fait que c'est maintenant au tribunal de décider", a expliqué McNamee.

Paul McNamee veut voir Djokovic jouer

McNamee a défendu Djokovic depuis le début de l’affaire.

"Il est le seul joueur que j'aie jamais connu dans l'histoire de l'Open d'Australie à avoir vu son visa être annulé", a déclaré McNamee à ABC News il y a quelques jours.

"Les joueurs doivent savoir en toute confiance que s'ils font le tour du monde pour assister à des événements, il n'y aura pas ce genre de problème à l'entrée. C'est un problème que nous avons vu au cours des deux dernières années en Australie et la victime est aujourd’hui le joueur No.

1 mondial. Il a suivi les règles. Maintenant, vous pourriez être en colère du fait qu’il ait obtenu une exemption, mais les joueurs doivent avoir l'assurance que les règles qu’ils respectent seront appliquées.

Ce n'est pas juste pour lui. Que vous aimiez les règles ou non, ce n’est pas lui qui établit pas les règles ; il mérite donc donc d’être sur le court et non pas devant la cour, à mon avis"