Tennys Sandgren: "Djokovic sorti de 'cage' sera effrayant s'il est autorisé à jouer"



by   |  LECTURES 1804

Tennys Sandgren: "Djokovic sorti de 'cage' sera effrayant s'il est autorisé à jouer"

L'Américain Tennys Sandgren dit qu’il continuera à s’en tenir à ses convictions vaccinales même si cela nuit à sa carrière. Sandgren, double quart de finaliste de l'Open d'Australie, devrait rater l’Open d'Australie car il a décidé de ne pas se faire vacciner avec le vaccin covid-19.

"Je n'ai pas perdu un instant de sommeil à cause de ça, je pense que c'est une pente potentiellement glissante sur laquelle que nous (le monde entier) descendons, et on nous oblige de prendre des choses (dans notre corps) que nous ne voulons pas prendre", a déclaré Sandgren à Sky News.

"Je suis déterminé et je m'en tiens à ce en quoi je crois, même si cela nuit à ma carrière. Peut-être que cette chose (l’obligation de se faire vacciner contre son gré) se calmera dans un an – c'est un peu ce que j'espère, mon plan est de jouer aux tournois se détoulant aux États-Unis jusqu'à l'US Open… un chelem vaut mieux que rien."

Sandgren sur la situation de Novak Djokovic

Djokovic a été détenu à l'aéroport de Melbourne durant neuf heures avant d'apprendre que son visa avait été annulé.

Depuis, Djokovic a fait appel de la décision et restera à Melbourne jusqu'à ce que le tribunal rende sa décision. "(A sa place) Je rentrerais probablement chez moi", a déclaré Sandgren.

"Je ne sais pas si je serais allé jusqu'au bout du procès de lundi... Je peux cependant voir pourquoi vous feriez cela si vous sentez que vous avez été traité injustement ou d'une manière injuste...

Pour moi, je serais rentré chez moi" Sandgren a averti que Djokovic serait un adversaire effrayant s'il était autorisé à jouer à l’Open d’Australie, un avis que partage également l’Australien Nick Kyrgios.

"Vous pouvez le voir marcher sur le court et recevoir une pléthore de huées et de railleries, et le voir jouer quand même très bien", a ajouté Sandgren. "Je ne veux pas jouer contre lui de toute façon, encore moins après qu’il ait été enfermé dans une cage, entre guillemets, pendant quelques jours – je ne veux pas voir ça !

Quand il estdéterminé, il ne lâche jamais – il creusera littéralement au plus profond de son âme pour ne pas être arrêté (durant son parcours à l’Open d’Australie)."