Tennys Sandgren sur l'affaire Novak Djokovic: "L'Australie ne mérite pas de Chelem"



by   |  LECTURES 1855

Tennys Sandgren sur l'affaire Novak Djokovic: "L'Australie ne mérite pas de Chelem"

Tennys Sandgren a critiqué les autorités australiennes après avoir refusé le visa de Novak Djokovic et lui avoir dit de quitter le pays. Djokovic a atterri à Melbourne le 5 janvier et il a été retenu à l'aéroport de Melbourne pendant neuf heures avant d'être informé que son visa était refusé et qu'il devait quitter le pays.

"Je suis fascinée par le fait que le joueur le plus dominant du monde soit trop malade pour se faire vacciner", a tweeté Alla Kudryavtseva. Sandgren a répondu à ce tweet en disant : "Je suis fascinée qu'il en ait besoin"

Djokovic a annoncé mardi qu'il avait obtenu une exemption médicale pour l'Open d'Australie.

Djokovic est en attente du verdict de son appel

Sandgren n'est pas content que les politiciens se mêlent de l'affaire Djokovic.

"Juste pour être clair comme de l'eau de roche ici ; 2 commissions médicales distinctes ont approuvé son exemption et les politiciens l'arrêtent. L'Australie ne mérite pas d'accueillir un tournoi du Grand Chelem", a déclaré Sandgren dans un autre tweet.

Le Premier ministre australien Scott Morrison a confirmé la nouvelle sur Twitter et a déclaré que personne n'était au-dessus des règles, pas même Djokovic. "Le visa de M. Djokovic a été annulé.

Les règles sont les règles, surtout lorsqu'il s'agit de nos frontières. Personne n'est au-dessus de ces règles. Nos politiques frontalières rigoureuses ont été essentielles pour que l'Australie ait l'un des taux de mortalité les plus bas au monde pour la COVID, nous continuons à être vigilants", a tweeté M.

Morrison. Avant que le visa de Djokovic ne soit refusé, le président serbe Aleksandar Vucic a demandé aux autorités australiennes de "cesser de harceler Djokovic" et que toute la Serbie se tenait derrière le joueur de tennis Serbe le plus décoré du pays.

La situation est toujours en standby pour Nole qui vit un véritable cauchemar en attendant la décision de son appel en justice contre son expulsion du pays.