Srdjan Djokovic : " On a crucifié le Christ sur la croix, et là on crucifie Novak"



by   |  LECTURES 2088

Srdjan Djokovic : " On a crucifié le Christ sur la croix, et là on crucifie Novak"

Srdjan Djokovic a déclaré que Jésus-Christ a été crucifié sur la croix et que maintenant c'est son fils Novak qui est crucifié. Djokovic a annoncé mardi qu'il avait obtenu une exemption médicale pour l'Open d'Australie et il a atterri à Melbourne le 5 janvier.

Après avoir été retenu pendant neuf heures à l'aéroport de Melbourne, Djokovic a été informé que son visa était annulé et qu'il devait quitter le pays.

"Jésus a été crucifié sur la croix, et tout lui a été fait, mais il est vivant parmi nous, même maintenant. Maintenant Novak est crucifié, ils lui font tout", a déclaré Srdjan, selon Gaspar Ribeiro Lanca.

Le Premier ministre australien Scott Morrison a pris la parole sur Twitter pour confirmer l'annulation du visa de Djokovic. "Le visa de Djokovic a été annulé. Les règles sont les règles, surtout quand il s'agit de nos frontières.

Personne n'est au-dessus de ces règles. Nos politiques frontalières rigoureuses ont été essentielles pour que l'Australie ait l'un des taux de mortalité les plus bas au monde pour la COVID, nous continuons à être vigilants", a tweeté M.

Morrison.


Le père de Djokovic a interpellé Morrison

"Le leader de ce pays lointain, Scott Morrison... a osé attaquer Novak et l'expulser avant qu'il n'ait atteint leur pays. Ils avaient voulu le mettre à genoux, et pas seulement lui, mais notre belle Serbie", a déclaré Srdjan.

"C'est une décision honteuse. Une déportation. Nous devons tous sortir et l'accueillir [à son retour]. Je ne peux pas parler à mon fils ; ils le présentent comme un criminel. Les mots me manquent pour tout ce qu'ils lui ont fait subir"

Dijana, la mère de Djokovic, a également interpellé les autorités australiennes. "C'est très difficile pour moi de vivre cela. Personne ne méritait ce genre de traitement, surtout pas lui.

C'est une décision politique, qu'il ne puisse pas jouer, c'est un scandale. Le mettre dans des hôtels sales, ne pas avoir de contact avec nous, c'est un traitement sans précédent", a déclaré Dijana Djokovic.