L’Australie annule le visa de Novak Djokovic et le somme de quitter le territoire



by   |  LECTURES 1190

L’Australie annule le visa de Novak Djokovic et le somme de quitter le territoire

Le visa du numéro 1 mondial Novak Djokovic a été annulé et il lui a été demandé de quitter le pays, malgré une exemption reçue au préalale de la part de Tennis Australia et de l’Etat de Victoria.

Après une attente de plusieurs heures à l’aéroport en compagnie de la garde fédérale, le meilleur joueur de tennis mondial a vu son visa être annulé. Les avocats de Djokovic sont en train de faire appel.

La Force frontalière a donné comme explication le fait que Djokovic n’ait pas fourni de preuves suffisantes de son exemption, une exemption qui, rappelons, avait déjà été approuvée par deux entités australiennes différentes.

"Bonne année à tous ! Je vous souhaite à tous santé, amour et bonheur à chaque instant présent et puissiez-vous ressentir de l'amour et du respect envers tous les êtres de cette merveilleuse planète", avait déclaré Djokovic dans une publication Instagram mardi dernier, avant de s’envoler pour Melbourne.

"J'ai passé du temps de qualité fantastique avec mes proches pendant la pause et aujourd'hui je me dirige vers l’Australie avec une autorisation d'exemption. Allons-y pour 2022!", a-t-il ajouté.

Le président serbe s'est entretenu avec Djokovic

Djokovic n’avait pas quitté l'aéroport de Melbourne depuis son atterrissage le 5 janvier, et il s’est retrouvé à un moment donné dans une pièce sans les membres de son entourage et sans téléphone portable.

Il s'en est suivi une situation de blocage et de détention incroyable que plusieurs personnes ont été nombreuses à déplorer. "Je viens de parler au téléphone avec Novak Djokovic.

J'ai dit à notre Novak que toute la Serbie était avec lui, et que nos autorités prenaient toutes les mesures pour mettre fin immédiatement au harcèlement du meilleur joueur de tennis du monde.

Conformément à toutes les normes du droit international public, la Serbie se battra pour Novak Djokovic, pour la justice et la vérité. Sinon, Novak est fort, comme nous le connaissons tous", a déclaré Vucic, le président serbe, dans un post Instagram, ce qui a eu pour effet de donner à la situation une nouvelle allure, celle d'un incident diplomatique.

Le père de Djokovic a, pour a part, accusé les autorités australiennes de maintenir son fils "captif" "Je n'ai aucune idée de ce qui se passe", a déclaré le père de Djokovic, Srdjan, aux médias serbes.

"Ils retiennent mon fils en captivité depuis cinq heures. S’ils ne le laissent pas partir dans une demi-heure, nous nous rassemblerons dans la rue.C'est le combat de tout le monde", a-t-il expliqué.

Le Premier ministre australien Scott Morrison a indiqué que Djokovic pourrait être invité à rentrer chez lui. "Si ces preuves sont insuffisantes, alors il ne sera pas traité différemment des autres et il sera dans le prochain avion de retour", a déclaré Morrison.

"Il ne devrait y avoir aucune règle spéciale pour Novak Djokovic. Pas du tout" Rappelons que l’Australie est un pays où plus de 600 000 contaminations sont enregistrées chaque jour à l’heure actuelle, ce qui laisse tout à fait perplexe sur cette volonté de s’en prendre à un seul joueur de tennis non vacciné qui a été certainement testé négatif avant de prendre l’avion.

Plusieurs s’interrogent davantage sur cette la volonté répétée du gouvernement australien de vouloir "protéger ses frontières" vaille que vaille, alors que le niveau de contamination dans le pays a déjà atteint un pic jamais égalée, visiblement hors du contrôle des autorités.

Cette situation fâcheuse porte dès lors, plus l’empreinte d’une décision politique que d’une décision d’ordre sanitaire ou rationnelle.